AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Contes et Légendes des Humains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
The Goddess of Humanity

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 26/07/2014
Localisation : Au palais des Dieux

MessageSujet: Contes et Légendes des Humains   Mer 17 Juin - 20:57

Contes populaires



Le mariage de Soleil et de Lune
Avant le ciel était bleu et la nuit noir. Rien ne brillait dans la voûte céleste... C'était au temps des premiers Hommes lorsque notre Mère avait regagné le ciel.

Et en ce temps, Soleil et Lune s'aimaient. Mais dans leur cœur, la douleur était grande. Ils ne pouvaient se marier... Leurs familles se détestaient et ne toléraient guère cet amour. Alors les deux amants choisirent de se retrouver pour s'enfuir ensemble.
Soleil crû que le rendez-vous se ferait à midi. Lune comprit que leurs retrouvailles se déroulerait à minuit.

Quand la jeune fille arrivera au point de rencontre, elle fut étonnée de ne pas voir son promis mais attendit. Des cousins de Soleil passaient par ces chemins et lui tranchèrent la gorge.

Heureux de s'enfuir avec son amoureuse, le jeune homme se pointa au lieu dit. Ne la voyant, il patienta. Les frères de Lune le virent et le poignardèrent pour venger leur sœur.

La Déesse fut horrifiée ! Elle foudroya les deux familles ! Puis, elle recueillit les âmes défuntes des amoureux et leur donna une forme ronde. Elle les maria dans le ciel, là où personne ne pourrait les empêcher d'être heureux. Notre Mère offrit une traîne de perles étincelantes à Lune et une couronne de lumière à Soleil.

Parfois, les deux astres se retrouvent et s'enlacent un bref instant, aveuglant les mortels.

Vérité : Une petite histoire datant du début de l'Ere de la Prospérité et de la Vengeance. Ecrite par une religieuse, elle met en place l'une des paroles divines les plus importantes : Tu ne tueras point ton semblable quelque soit son crime.

L'éclipse est en réalité le combat de Ho-oh et de Lugia. Pour plus d'informations







Le petit Tueur de dragons et les six anneaux
Il était une fois, un royaume protégé par un bois et un désert. En son centre vivait le roi et autour, six villes identiques étaient sous son contrôle : Uta, Lio, Aet, Myo, Cil et Tua.

Malgré son grand pouvoir, le souverain n'était pas tyrannique. Il était un homme de justice et de paix.
Mais … Ho ! Malheur ! Un jour, le ciel se couvrit de ténèbres...
Dans un tourbillon d'écaille, six dragons semèrent la mort. Les habitants fuirent et les bêtes s'approprièrent les villes.

Le roi n'avait jamais fait la guerre et n'avait pas d'armée. Il avait toujours compté sur le désert et le bois pour cacher et protéger son peuple. Alors, il ordonna que l'on fasse quérir les plus grands chevaliers du pays.

Un mois passa... et personne ne venait. Alors le roi ajouta que celui qui tuerait un dragon aura le droit d'épouser une de ses six filles. Aussitôt, princes, soldats et autres hommes d'armes se précipitèrent ! Qui n'avait point désiré de se marier avec ces demoiselles d'une grande beauté ?! Tous les prétendants partirent pour vaincre mais aucun ne revint.

Un mois passa... et le roi perdait courage. C'est alors qu'un jeune garçon arriva. Il n'avait pas d'épée ni de bouclier. Il n'avait qu'une flûte. Il dit qu'il ne venait pas débarrasser le royaume d'un dragon mais de tous les dragons ! Le roi sourit et lui dit : Soit , si tu reviens et que les dragons ne sont plus, tu auras ta récompense.

Souriant, le garçon partit vaincre les démons d'écailles. Il sortit sa flûte et se mit à jouer. A pied, il passa par les six villes. Uta, Lio, Aet, Myo, Cil et Tua.

Au son de l'instrument, les dragons sortirent de leur antre.
Au premier couplet, ils se mirent à danser.
Au deuxième, ils marchaient à la suite du garçon.
Au troisième, ils tombèrent de fatigue.

Vainqueur, le garçon revint au palais. Le roi lui dit : Tu ne pourras pas épouser toutes mes filles alors choisis celle qui te plaît. Le garçon regarda les princesses. Il y a avait Uta, la plus courageuse ; Lio, la plus belle ; Aet, la plus intelligente ; Myo, la plus douce ; Cil, la plus sauvage et Tua, la plus jeune.

Une ville pour une fille.

Le garçon réfléchit et répondit : Je préfère faire connaissance avec chacune d'entre elles avant de me décider. Ainsi, il passa du temps avec chaque princesse. Il courtisa chacune d'entre elles et chacune tomba amoureuse de lui. Il leur dit : C'est toi que je choisis mais ne le dis pas à tes sœurs, elles seraient jalouses.

Six mariages furent organisés. Un mariage par ville. Uta, Lio, Aet, Myo, Cil et Tua. Le malin reçu un bracelet d'or par union.

Quelle ironie lorsque le soir quand les sœurs se retrouvèrent, elles ne purent tenir leur joie et leur langue. La supercherie révélée, les princesses se mirent à prier notre Déesse de venger leur honneur. Entendant les pleurs et les voix enragées, le petit tueur de dragons fuit. Il repassa par chaque ville pour abandonner le bracelet preuve du mariage célébré en ce lieu. Malheur à lui ! Il se trompa dans l'ordre !

Celui qui avait vaincu les dragons n'avait pas pu se défaire de ses unions. Piégé, il se retrouva dans le désert et on ne le revit jamais.

Seul l'ordre compte : Uta, Lio, Aet, Myo, Cil et Tua.

Vérité : On ne sait pas vraiment d'où vient ce conte. Il est très ancien et date de l'Ere des Plaintes. Il se racontait le soir pour rester éveillé, distraire les enfants ou prévenir les jeunes gens des mauvaises unions. Le récit était accompagné de musique pour illustrer les différents personnages. Il pouvait durer toute une nuit.
Il semblerait que les noms et leur ordre précis aient un sens mais il sont oubliés depuis longtemps.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ygrahis.forumactif.org
The Goddess of Humanity

avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 26/07/2014
Localisation : Au palais des Dieux

MessageSujet: Re: Contes et Légendes des Humains   Sam 27 Juin - 10:52

Contes oubliés



Brin noir
Il était une fois un petit garçon appelé Brin noir. C'était un enfant très désobéissant qui n'écoutait jamais ses parents. Un jour sa mère lui dit : "Brin noir, ne va jamais seul au bois. Des monstres le peuplent. Ils sont menteurs et dangereux. Promets moi que tu n'y iras pas."
Et Brin noir promit.

Le lendemain, l'enfant s'ennuyait. Alors il repensa aux paroles de sa mère et pour ne pas déroger à sa réputation, décida d'aller trouver les monstres dans la forêt.
Mais après une longue recherche, il n'en trouva point. Il allait rentrer quand il tomba nez à nez avec un Grand Oiseau coloré.

"Petit humain... Que fais-tu seul dans ces bois ?"
"Je cherche des monstres. En es-tu un ?"
"En effet, et tu devrais avoir peur de moi !"

L'enfant rit.
"Peur d'un oiseau ? Jamais ! Je suis Brin noir !"

Il voulu rentrer chez lui mais il était très fatigué.
"Grand oiseau, me porterais-tu sur ton dos et me ramèneras-tu ? Ce voyage ne sera rien pour toi."

L'oiseau réfléchit et acquiesça.
"Très bien. Monte donc".

Brin noir s'installa. Le Grand oiseau s'envola. Ils volèrent jusqu'à voir la tente de Brin noir.
"Enfant, tu n'es qu'une créature indigne d'être dans ce monde. On t'avait prévenu et tu t'es moqué de moi. Voici la récompense qui te sied."
Et il fit chuter le petit garçon avant de repartir.

La famille de Brin noir récupérèrent son corps brisé. Tué par le choc, il devait l'enterrer. Ils lui firent un long manteau pour cacher ses membres cassés. Un manteau de rouge et de noir. Mais comme la tombe était trop étroite pour y mettre l'habit, ils l'enroulèrent autour de Brin noir, formant un cocon de tissu. Pour savoir où était la tête de l'enfant, ils placèrent deux pierres bleues dans les plis du cocon à la place de ses yeux.

Enfin, ils l'enterrèrent au pied d'un arbre.

Les mois passèrent. Mais une nuit, une silhouette descendit du ciel. Habillé d'un manteau rouge et noir, il parla aux siens.
"Mon âme est allée rejoindre la Déesse. Elle a pardonné mes fautes. Désormais, je pourrais descendre sur terre une fois par an pour vous revoir. Et tous les âmes ayant atteint les Cieux pourront me suivre"

Vérité : Conte oublié qui est la source des rites funéraires d'Ygrahis. Maintenant, le manteau a été remplacé par des tissus brodés. Lors de la Fête des Morts, les défunts entrent en ville dans leur cape carmine et sombre. Les pierres ne sont plus utilisées sauf lors de la Fête, où les vivants doivent porter un masque bleu. Pour plus d'information, voir Religion.

Il existe une variante où le corps était brûlé.

Rouge, noir et bleu.... Étrangement, ce sont les couleurs d'un certain Dieu...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ygrahis.forumactif.org
 

Contes et Légendes des Humains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Contes et légendes de Brocéliande
» Contes et légendes d'un monde oublié [Ezio]
» Contes et Légendes de Bretagne
» Tour de Jeu
» Contes et légendes (Alie et ledha)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ygrahis  :: Opening :: Premier temps :: Contexte :: Religion et légendes-