AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Fuir la pluie et ses soucis. [pv Aizel Fleurisson] [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elijah Ewin

avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 02/04/2015
Age : 21

Carte d'identité
Age: 28
Relation amoureuse: Celibataire
Autres:

MessageSujet: Fuir la pluie et ses soucis. [pv Aizel Fleurisson] [FINI]   Ven 1 Mai - 23:36

Une rafale de vent se heurta de plein fouet à son visage, l'obligeant à fermer les yeux et perdre un instant du regard ce qu'il fixait depuis un moment... Il n'était plus sensé être sur le mur à surveiller les horizons mais il ne pouvait pas s'en empêcher... Il avait du mal à s'en détacher et à rejoindre son foyer. Ici au moins il ne pensait pas à tout ce qui était entrain de le ronger peu à peu, ce qui gangréné son coeur et empoisonné son esprit... La haine qui coulait dans son sang ne se voulait voir disparaître, loin de là. Il se passa une main dans les cheveux, avant de lever le nez vers les nuages grisonnant qui envahissaient le ciel, s'amassant avec de plus en plus de consistance, menaçant d'éclater et de se déverser sur toute la population. L'air se chargeait d'humidité, il allait bientôt pleuvoir... Peut être devait-il rentrer avant et éviter de chopper la mort ? Il tourna les talons, descendant souplement du promontoire sur lequel il était perché depuis une trentaine de minutes. Il se mit en marche, ses bottes produisant un claquement très discret contre le sol. Il avait apprit à avoir le pas léger et rapide, pour coincer des rôdeurs ou des sales monstres c'était plus pratiques... Il marchait néanmoins à une allure modérée, n'étant pas plus pressé que cela de rentrer. Sa mère serait déjà rentrée, ombre d'elle même, assise à la table, tentant vainement de faire quelque chose.

Soudain une chose s'écrasa contre son front avant de glisser le long de son visage... Il regarda à nouveau le ciel, d'autant plus obscurcit, et d'autres gouttes suivirent. Bientôt elles frappèrent avec violence son visage, l'obligeant à rabattre son capuchon pour s'en protéger un minimum. Son pas s'accéléra alors que le vent se manifestait lui aussi, le glaçant jusqu'au os. Le temps se déchainait rarement à moitié... Il allait attraper la mort c'était sur. Il se mit bientôt à courir, les rues pratiquement désertes l'aidant dans sa tâche. Tous avaient déjà rejoint leurs foyers ou tout autre bâtiment pouvant les abriter. Le sol devint rapidement glissant et il faillit tomber à plusieurs reprises, retrouvant de justesse son équilibre à chaque fois. Il du toutefois s'arrêter à un moment, après s'être rattrapé à un mur pour ne pas s'étaler sur le pavé. Il grogna, reprenant son souffle assez rapidement, la pluie ne cessant pas, au contraire. Il grimaça un peu, avant de voir qu'il s'était arrêté devant une taverne... Il plissa les yeux pour lire son nom. "La taverne du fou"... Charmant vraiment.

Il poussa la porte, sans trop savoir pourquoi, pénétrant l'enceinte du bâtiment, trempé. Quelques regards convergèrent vers lui et une femme, surement une employé, s'approcha pour lui proposer de quoi se sécher un peu. Il posa son regard brun, presque doré se posa sur son visage. Une mignonne petite blonde... ennuyeuse. Il prit ce qu'elle lui tendait, refusant toutefois de lui donner sa veste de sentinelle. Il rejeta la capuche vers l'arrière, dévoilant enfin son visage. Il tenta d'éponger l'eau de ses cheveux et de son visage avant de se diriger vers le bar pour s'y installer. Il soupira, commandant un verre assez fort pour le réchauffer et lui vider l'esprit. Son regard fit le tour de la pièce alors qu'il attendait son verre, ne s'arrêtant sur aucun visage toute fois... Il se contentait d'observer rapidement... Après tout, aucun de ces monstres n'auraient le culot de venir dans ce genre d'endroit n'est ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aizel Feurisson

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 01/04/2015
Localisation : Au fin fond de sa boutique

Carte d'identité
Age: 33 ans
Relation amoureuse: Célibataire
Autres:

MessageSujet: Re: Fuir la pluie et ses soucis. [pv Aizel Fleurisson] [FINI]   Sam 2 Mai - 17:49

Fuir la pluie et ses soucis

La journée n'avait pourtant pas si mal commençait se dit-il en regardant par la fenêtre de sa boutique. Aizel n'avait pas eu l'impression qu'il avait fait particulièrement moche durant ce jour nouveau, mais il passait si peu de temps auprès d'un contact vers l'extérieur qu'il se trompait peut-être déjà. Mais l'homme était sur et certain qu'il ne se trompait, sa fierté le lui interdisait. Seul dans son magasin qui aurait presque pu devenir sa demeure, il accueillit les voyageurs et étrangers avec un visage impartial, comme d'habitude. Les gens ne venaient pas ici pour voir sa bonne humeur après tout, ils venaient plus généralement pour obtenir un bien qui leurs permettraient de se protéger voir pire... De tuer.

Plusieurs fois déjà on l'avait complimenté sur la plume dans ses cheveux. Les plus curieux plissés les yeux et la scrutés avec attention... Et le Feurisson se sentait alors obliger de leurs répondre "Il s'agit d'une plume de monstre fournaise.", suivait alors les longues onomatopée dans les "oh" ou les "ah". En réalité, il préférait les appeler par leur véritable nom, des Flambusard... Mais s'il leurs avait dit ce nom, aucun homme aussi talentueux soit-il n'aurait pu savoir de quelle créature il parlait. Ils étaient les seuls à se souvenir de cet héritage qu'ils n'avaient pas perdu, de leurs véritables noms. Les humains se souvenaient de la terreur de l'arrivée des bêtes, mais au fil des générations, ils n'avaient su se souvenir que des noms concernant la famille d'un monstre, pas son véritable nom.

Malgré tout, Aizel ne donnait jamais son véritable nom de famille. Il n'en avait pas, il n'en avait jamais eu. Les monstres vivant dans la ville étaient rare, ils n'en avaient croisés que deux jusqu'ici. Mais à chaque fois qu'il les avait entendu lui dire son prénom puis comme nom celui de leur espèce... Le menteur avait écarquillé les yeux en les dévisageant. Un jour viendrait où l'espèce humaine se souviendrait ou finirait par retrouver la trace de leurs noms perdu ! Ce jour-là, ceux qui n'auront cachés leurs origines finiront entre de mauvaises mains. Alors Aizel n'était pas Aizel Feurisson. Il était Aizel Tornes et c'était ainsi qu'on le connaissait. Lorsqu'il se décida à fermer boutique, il n'oublia pas de s'orner d'une longue cape brune, ramenant la capuche sur sa tête. Il n'avait pas une longue route à faire jusqu'à la taverne, mais aujourd'hui était un jour différent.

Il emporta avec lui une longue épée qui n'était pas la sienne, car son arme restait toujours à sa ceinture malgré les potentiels risque qu'on l'arrête. On disait de lui qu'il était paranoïaque à croire qu'un mal pourrait tomber à tout moment. Mais il n'avait pas oublié lui. Il n'oubliait rien. Le bel animal parcourut la ville sous la pluie, sans pour autant se presser. Il offrit en main propre la lame finement forgée à son heureux propriétaire dans l'incapacité de se déplacer. La raison pour laquelle il l'avait commandé était pour l'offrir à son fils, un hunter, et diable que Aizel avait horreur de ces sales bestioles... Mais il continuerait à faire un excellent travail et ce, même si la commande était pour un ennemi. Les monstres n'avaient qu'à se débrouiller seul, lui c'était ainsi qu'il vivait après tout !

Il revint à sa boutique mais ne s'y engagea pas, tournant les talons vers l'enseigne d'en face... La Taverne du Fou. Lorsqu'il ouvrit la porte -peut-être un peu trop violemment-, quelques visages se tournèrent vers lui, des murmures s'élevèrent aussi rapidement par ailleurs. Sans retirer sa capuche, n'attirant que d'avantage l'attention, il avança vers le comptoir et échangea quelques mots discrets avec l'un des serveurs mais dès qu'il eut ôté sa capuche en laissant courir son regard d'ambre sur la foule, les gens détournèrent la tête. Les habitués en comprenant qui il était, n'eurent plus aucun commérage à nourrir, ceux qui ne le connaissait pas comprirent à leurs tour qu'il n'était pas quelqu'un d'important et s'en détachèrent tout autant.

Les doigts sur sa capuche, la laissant glisser en arrière, il scruta la foule avec un visage de marbre, mais sans la moindre expression d'agressivité, juste de l'impassibilité. Il regarda les différents visages, contemplant la diversité des gens... Puis son regard tomba sur un hunter. Il le reconnu à sa veste. Sans la moindre pudeur, il planta ses yeux dans les siens, le regardant longuement, fixement, sans en ressentir la moindre gêne ou la moindre impolitesse. Il ne détourna les yeux pas même lorsque leurs regards se croisèrent enfin, restant encore quelques secondes à le dévisager et finalement, détourna la tête pour aller s'asseoir en solitaire près d'une fenêtre en gardant sa cape avec lui. Aizel n'était jamais très à l'aise en présence de l'un de ces tueurs de monstre. Il s'assit calmement, restant avec sa cape trempée et lorsque la jolie demoiselle vint prendre sa commande, il prit la chose la plus forte qu'on avait à lui proposer.
   
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

- LITTLE MEMORIES OF THE PAST -




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elijah Ewin

avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 02/04/2015
Age : 21

Carte d'identité
Age: 28
Relation amoureuse: Celibataire
Autres:

MessageSujet: Re: Fuir la pluie et ses soucis. [pv Aizel Fleurisson] [FINI]   Mer 13 Mai - 18:58

Le hunter était toujours entrain d'attendre son verre lorsqu'il entendit la porte du bar s'ouvrir à la volée. Il haussa un sourcil, sans sursauter ou tourner la tête vers le nouveau venu. Son regard se glissa quand même dans sa direction. Un homme encapuchonné, trempé comme il l'avait été il y avait quelques instants auparavant. Il se détourna rapidement de lui, le trouvant sans réel intérêt. Mais les cheveux sur sa nuque se hérissèrent, et il tourna sa tête vers l'inconnu. Il le fixait depuis tout à l'heure, il l'avait senti et il n'aimait pas ça. Il plissa les yeux, soutenant son regard sans aucun souci. Pourquoi le regardait-il ainsi ? Peu importe, il n'aimait pas cela. Fort heureusement il se détourna pour aller s'asseoir dans le fond, isolé dans son coin.

Le bruit du verre claqué contre le bois détourna son attention alors que le barman posait son verre face à lui, lui grognant le nom de ce qu'il avait commandé. Il haussa un sourcil, se retenant de lui faire une remarque. Il prit son verre, le portant à ses lèvres pour boire une petite gorgée, l'alcool descendant le long de sa trachée, brûlant tout sur son passage. Il eut un petit rictus, peu habitué à boire en fait. Ses yeux détaillèrent les bouteilles exposées en rangées sur les étagères face à lui. Il n'en connaissait pas la moitié. Il prit une nouvelle gorgée. Il n'était jamais venu ici avec son père et son frère et pourtant... L'endroit le rendait nostalgique... Peut être seraient-ils venus ensemble ici pour boire et décompresser des journées de boulot...

Une légère agitation derrière lui le fit sortir de ses pensées, le forcant à se retourner pour en voir la raison... Un client ivre qui parlait un peu trop fort, se chauffant un peu pour rien. Il secoua la tête, désapprobateur mais il n'était pas là pour faire la sécurité, il interviendrait si l'homme devenait vraiment violent ou nuisible. Ses compagnons de beuveries essayaient déjà de le calmer en plus. En reprenant sa position d'origine, il croisa de nouveau le regard du dernier venu, cet inconnu qui l'avait fixé sans vraiment de raisons. Cela l'intriguait en fait, personne ne fixait les Hunters ainsi, sauf quand il y avait un problème personnel. Mais ce type il ne le connaissait pas. Il se mit à pianoter sur le bar, se mordillant la lèvre. Ce type avait-il quelque chose à se reprocher ? Ou un truc contre les hunters ? Il ignorait combien de temps était passé depuis l'entrée de l'inconnu dans le bar, à peine quelques minutes à en juger la serveuse qui s'emparait du verre qu'il avait commandé pour le lui emmener. La jolie blonde passa à côté de lui et il l'arrêta, s'emparant du verre sans le lui demander. Surprise elle cligna des yeux.

"Je m'en occupe..."


Elle n'insista pas, alors qu'il descendait de son perchoir, les sourcils froncés. Il se stoppa, tournant la tête vers la serveuse avant sourire légèrement.

"Oh et... Remets moi la même chose. Merci."


Il se détourna d'elle pour s'approcher de l'inconnu. Il reprit un air neutre, sérieux avant de venir se planter devant la table de l'homme. Il posa le verre juste devant lui, alors qu'il le fixait. Il retira doucement sa main du verre, prenant le siège pour s'installer face à lui. Il resta silencieux pendant quelques instants, scrutant son visage avec une légère curiosité, son visage lui disait vaguement quelque chose en fait... Un vendeur peut être... Il ne posa même pas son regard sur la blondinette venant poser son propre verre juste devant, la remerciant d'un simple murmure. Il joua avec son verre durant quelques secondes, son doigt glissant sur les rebords.

"Est ce qu'on se connait...? Votre manière de me fixer tout à l'heure m'a donné cette impression..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aizel Feurisson

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 01/04/2015
Localisation : Au fin fond de sa boutique

Carte d'identité
Age: 33 ans
Relation amoureuse: Célibataire
Autres:

MessageSujet: Re: Fuir la pluie et ses soucis. [pv Aizel Fleurisson] [FINI]   Jeu 14 Mai - 21:42

Fuir la pluie et ses soucis

Les discussions, les rires emplissant la taverne puis des messes basse non loin de lui. Aizel attendait son verre, seul contre cette fenêtre aux étranges motifs de couleurs, l'empêchant de réellement voir l'extérieur. Il écoutait sans un bruit le battement de la pluie sur le verre coloré, ferma les yeux lentement pour s'imprégner de l'atmosphère de l'extérieur. Il n'avait que ça à faire. Il enviait parfois ces hommes venu d'ailleurs au passé mystérieux et pour certains des histoires dès plus banales. Il les enviait de cette cohésion entre eux, bien qu'hypocrite. Car au fond, tous savaient qu'ils tourneraient le dos à leurs frères d'armes si le danger devenait trop grand. Le feurisson domestique rouvrit les yeux et posa son coude sur la table, venant nicher son menton dans le creux de sa main.

Son tempérament avait toujours été sociable, au sein de son foyer perdu, il avait toujours été d'une grande aide, serviable et courtois. Tourner le dos à ce qu'il était, tout cela avait été bien difficile il y a des années de cela, mais aujourd'hui il n'était plus que l'ombre de lui même... l'ombre qui avait prit la place du maître, qui était devenu aussi sévère que la communauté dans laquelle il vivait et aussi cruelle que les tyrans de l'ancienne époque. La seule différence entre Aizel et les autres, c'est que le combattant ne cachait pas ses idées. il tournerait le dos à l’honnête citoyen sans jamais lui avoir fait croire qu'il lui serait fidèle. Il n'était fidèle qu'à sa vie, rien de plus.

Le bruit du verre qu'on lui imposa le surprit, mais il ne fit pas le moindre geste brusque. Aizel dans ce calme certain, releva les yeux vers l'individu qu'il ne connaissait point. Il n'eut pas besoin d'identifier son visage pour savoir qui pointait le bout de son museau. Voilà que le grand méchant loup s'invitait à sa table à présent ! Tirant sa chaise d'une main élégante, l'homme prit place sereinement tel le plus princier des citoyens venant s'adresser au bouseux du coin. Pas un mot entre les deux hommes qui se dévisagèrent en chien de faïence quoi que l'intrus plus curieux que le monstre à l'apparence humaine. La serveuse revint avec la boisson de l'individu et enfin, les premiers morts rompirent leurs remparts de chair.

- Est ce qu'on se connait...? Votre manière de me fixer tout à l'heure m'a donné cette impression...

Aizel n'avait point voulu attirer l'attention de la sorte, bien qu'il avait conscience de l'avoir dévisagé avec insistance. Il reprit donc son verre sans la moindre réponse, portant la liqueur alcoolisé à ses lèvres. Il aurait pu l'envoyer paître d'un mouvement de main ou d'un claquement de dent sans qu'aucun homme n'en voit le problème. Les habitués connaissaient son sale caractère, voilà pourquoi il parvenait toujours à rester seul... Habituellement. Il se contenta d'émettre un grognement mécontent mais répondit à son tour malgré tout.

- Pas le moins du monde messire. Ce n'était point vous que je contemplais mais l'uniforme que vous arborez.

La choppe à la main, il la reposa sur la table en bois, gardant ses yeux d'or ancré dans ceux de son compère. Bien étrange prunelles que voici, on les disait unique, ou du moins aussi belles que l'or de ces hauts hommes cachés derrière leurs murailles de cristal. Pourtant il n'avait aucune crainte, car même si jamais auparavant il n'avait vu des yeux aussi doré, il avait déjà eu l'occasion de croiser de simple citoyens aux prunelles ambrés. Il ne se ferait pas percer à jour ainsi.

- Que vient donc faire l'élite de notre belle cité dans la plus miteuse des tavernes, logeant les cafards et autres pauvres fous de la basse ville ?

Et son regard parcourut la salle durant cette dernière tirade, ramenant sa choppe auprès de son visage pour la finir d'une traite. Discuter avec l'ennemi ne lui plaisait guère... Mais Aizel devait bien avouer nourrir une curiosité inquiétante sur la raison de sa venue. Les hommes avaient le rire gras, la voix porteuse et le groupe le plus excité de la soirée explosa d'un rire fanfaronnant qui lui arracha un nouveau grognement. Dans un geste instinctif et animal, il laissa découvrir ses dents dans leur direction, ses yeux plein de colère devenant aussi aiguisé que la flèche d'un chasseur... Mais il se contint, ne voulant pas être jeté une fois de plus dehors. Il attendit la réponse de son faux compère en posant de nouveau ses yeux sur son visage, calme mais le visage tiraillé par l'agacement dans une moue habituellement mécontente.
 
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

- LITTLE MEMORIES OF THE PAST -




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elijah Ewin

avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 02/04/2015
Age : 21

Carte d'identité
Age: 28
Relation amoureuse: Celibataire
Autres:

MessageSujet: Re: Fuir la pluie et ses soucis. [pv Aizel Fleurisson] [FINI]   Sam 30 Mai - 10:40

L'homme face à lui avait soutenu son regard sans la moindre crainte, son visage n'avait pas vraiment changé d'expression. Il ne répondit pas tout de suite à l'interrogation du jeune Hunter. Il prit d'abord le temps de porter son verre à ses lèvres pour en boire une petite gorgée comme si sa bouche était trop asséchée pour pouvoir articuler le moindre mot... Ou bien comme si la présence d'Elijah le laissait complétement indifférent et qu'il n'avait pas l'intention de lui répondre. Le jeune homme attendit patiemment, il n'avait pas l'intention de créer d'embrouilles ou de problèmes mais il ne fallait pas que l'autre se moque de lui et lui fasse perdre son temps. Mais finalement il reposa sa choppe sur la table rustique et vieilli pour ouvrir la bouche et enfin parler.

- Pas le moins du monde messire. Ce n'était point vous que je contemplais mais l'uniforme que vous arborez.

Son uniforme hein... Il était vrai que le jeune Hunter représentait l'autorité, bien que son métier était plus surveiller qu'agir. L'homme avait-il quelque chose à se reprocher ? Il semblait bien trop tranquille pour que ça soit le cas mais sait on jamais... Certains criminels savent faire preuve d'un total sang froid. L'espace de quelques instants Elijah plissa les yeux, scrutant le regard doré de son interlocuteur. Il n'y décela rien à part une couleur étonnante... Il avait déjà croisé des hommes avec de telles pupilles dorées mais cela l'étonnait toujours autant.

- - Que vient donc faire l'élite de notre belle cité dans la plus miteuse des tavernes, logeant les cafards et autres pauvres fous de la basse ville ?

L'élite ? Il n'irait pas jusque là... N'importe qui pouvait entrer dans les recrues et se frayer un chemin jusqu'aux postes important. Il suffisait de le vouloir et de bosser dur. Mais il comprit le sens de sa question. Ils ne devaient pas avoir l'habitude de voir débarquer un Hunter seul et sans raison. suscitait-il la méfiance ? Peut être bien mais cela l'importait peu à vrai dire. Il observa l'homme, ses réactions face aux bruits et aux rires... Il n'avait pas vraiment l'air de porter cet endroit dans son coeur non plus alors pourquoi était il assit dans son coin. Pourquoi semblait-il être un habitué des lieux... Quand on n'apprécie pas quelque chose on évite de s'y confronter en général, à moins d'être fou ou stupide. L'homme ne faisait plus attention à lui pour le moment mais quand il reposa son regard sur lui, le jeune homme pu voir qu'il s'efforçait de rester calme. Ce fut au tour d'Elijah de porter son verre à ses lèvres, reprenant une gorgée de cet alcool brulant. Il ferma les yeux, un frisson parcourant son dos avant de les rouvrir pour fixer l'homme.

"Je pourrais en dire autant pour vous... Que faites vous ici alors que vous ne semblez pas apprécier cet endroit ? Etrange comportement que voilà..."


Il détourna son regard pour balayer la salle et observer ces petits groupes joyeux, parfois un peu trop, s'emportant à tel point que le barman devait les menacer de les faire sortir. Il était vrai qu'Elijah n'était pas du quartier et qu'il avait peu l'habitude de ce genre d'établissement mais il n'était pas trop surpris ou dégouter. Cette ville était pleine de misère et hommes et femmes avaient besoin de se vider l'esprit... De penser à autre chose. Il regarda quelques instants la serveuse se glisser entre les tables pour servir au plus vite les clients, il lu la fatigue dans son regard et sur son visage, les traits tirés. Il lu cette même fatigue sur presque tous les visage présent... Le monde était mort et ses habitants étaient tous des habitants en sursis. Il reposa son regard sur l'homme.

"Pour ma part... Je n'ai pas vraiment envie de rentrer chez moi et vu le temps je dois au moins m'abriter pour ne pas attraper la mort. Le temps actuel ne présage rien de bon... qu'en pensez vous ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aizel Feurisson

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 01/04/2015
Localisation : Au fin fond de sa boutique

Carte d'identité
Age: 33 ans
Relation amoureuse: Célibataire
Autres:

MessageSujet: Re: Fuir la pluie et ses soucis. [pv Aizel Fleurisson] [FINI]   Sam 30 Mai - 16:14

Fuir la pluie et ses soucis

Le bougre se laissa désirer, ne répondant pas à la question de l'hybride à l'apparence humaine qui continua de le regarder dans les yeux. Toujours dans les yeux, avec cette fierté farouche... Toujours dans les yeux, avec une grande confiance en soi, avec cette provocation volontaire. Les hunters étaient les chiens de la cour à ses yeux. Leur travail n'était pas que de protéger les citoyens des monstres de l'extérieur, mais aussi de faire respecter l'autorité... Et de jeter hors de ces murs les pauvres hommes dans l'incapacité de payer leur place. Aizel n'avait pas à les craindre... Pour le moment. Mais la marque dans son dos semblait le brûler et il était certain que s'il avait pu, sa peau se serait enflammée pour détruire l'homme face à lui. Mais tout cela ne le regardait plus. Il était à présent un semblant d'homme, plus l'une de ces bêtes.

- Je pourrais en dire autant pour vous... Que faites vous ici alors que vous ne semblez pas apprécier cet endroit ? Étrange comportement que voilà...

L'individu reposa son verre sur la table en bois, mais son regard quitta le visage du Feurisson aux aguets. Il le suivit néanmoins dans son parcours, redécouvrant une fois de plus la basse populace, les rires et la misère. Des traits fatigués bien que souriant, des teintures parfois voyante et d'autres ayant préférés restaient plus discrets. La bourgeoisie ne mettait pas les pieds ici, ils évitaient ces bas lieux. Car ils étaient pour la plupart méprisants envers les pauvres, à les voir inférieurs à eux. Ils trouvaient le mode de vie des habitants de la ville médiocre, mais aussi dégoûtant et débauché... Car ici, même dans cet établissement, on pouvait voir deux hommes plus à l'abri des regards, s'embrassant en se moquant éperdument du bruit des alentours. Ici, personne n'y trouverait rien à redire. Pour ceux qui vivaient derrière les murs, l'homosexualité n'était qu'une forme d'amusement, un autre moyen pour décompresser et laisser le plaisir l'emporter sur tout le reste. Mais les riches eux, gardaient à l'esprit que cette déviance sexuelle était une honte à leur race.

- Pour ma part... Je n'ai pas vraiment envie de rentrer chez moi et vu le temps je dois au moins m'abriter pour ne pas attraper la mort. Le temps actuel ne présage rien de bon... qu'en pensez vous ?

Aizel le regarda du coin de l'oeil en l'entendant de nouveau reprendre. C'est vrai... Il ne lui avait toujours pas répondu. Pourquoi venait-il ici s'il n'aimait pas cet entourage trop bruyant et trop complet ? Parce qu'ici, il pourrait boire, il pourrait se mélanger à la foule, entendre leurs rires, leurs cris, et se donner l'illusion d'appartenir encore à un peuple. L'adulte tourna la tête, regardant la fenêtre colorée, attendant encore pour répondre. Avec son index, il tapota la table de bois et dès que la serveuse fut assez proche, il lui fit signe de revenir et lui redemanda la même chose. Puis enfin, il répondit, mais sans un regard pour son acolyte, contemplant une fois de plus la vitre et ses petits carreaux.

- Nul n'a dit que je n'appréciais cette étable à cafards.

Il posa son coude sur la table, venant loger son menton dans le creux de sa paume. Les plumes dans ses cheveux se balancèrent de droite à gauche dans ce mouvement de tête, attirant l'attention d'un misérable derrière eux. Ce dernier échangea quelques murmures avec l'un de ses compères, mais le brun savait de quoi ils parlaient. Un homme qui portait sur lui un trophée de chasse était plutôt rare... Surtout lorsqu'il s'agissait d'un rapace de feu. Son regard coula vers l'arrière, hélas il n'avait point la capacité de voir derrière lui et ainsi, il se contenta d'écouter les messes basse. Ses yeux d'or liquide revinrent se figer dans les prunelles de son interlocuteur et enfin, il répondit à sa deuxième question.

- A vrai dire, le temps m'importe peu. Ceux à l'extérieur du mur peuvent craindre que la pluie fasse monter le niveau des eaux, mais pour un homme en sécurité comme moi, un peu de pluie ne fait aucune différence.

Pourtant, le feurisson préférait effectivement les temps ensoleillé. Il se sentait plus vide, plus faible lorsqu'il pleuvait... Et sa nature démoniaque comme le disait l'église lui conférait de bien étranges pouvoirs. Même sous cette forme, un humain ne ferait pas le poids face à lui lorsque la chaleur était à son comble. C'était l'une des particularité de sa race, plus il faisait chaud, plus ils devenaient forts et plus ils étaient blessés... Plus ils devenaient dangereux et destructeurs. Aizel semblait lui même fatigué... Et bien plus que n'importe qui présent ici. Le froid de la saison et ses pluies régulière lui donnait envie de dormir, tirant sur ses yeux en formant de petites cernes sous ces dernières. Il soupira faiblement, remerciant dans un grommellement la serveuse qui lui ramena une nouvelle choppe.

- Cependant, si vous désirez tout savoir... Je suis le propriétaire du magasin en face, il est donc plus aisé de venir boire dans cette taverne plutôt que d'en chercher une autre.

Et d'une traite, il termina son deuxième verre, le regard lasse mais agressif, cette lueur brûlante refusant de quitter ses pupilles.
 
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

- LITTLE MEMORIES OF THE PAST -




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elijah Ewin

avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 02/04/2015
Age : 21

Carte d'identité
Age: 28
Relation amoureuse: Celibataire
Autres:

MessageSujet: Re: Fuir la pluie et ses soucis. [pv Aizel Fleurisson] [FINI]   Dim 5 Juil - 22:17

Elijah continuait d'observer son interlocuteur, il était sans aucun doute plus vieux que lui, de quelques années. Il ne bougeait plus, seul ses épaules se soulevaient doucement au rythme de sa respiration. Ses doigts tenaient toujours le verre à moitié vide. Il se demandait si beaucoup de temps s'était écoulé depuis son entrée dans la taverne ou bien absolument pas. Il n'avait pas vraiment fait attention, trop concentré sur son interlocuteur. Et à cet instant il attendait ses réponses, calme et légèrement plus décontracté qu'au début. Avant de lui répondre, l'homme face à lui recommanda un verre en observant toujours la salle, comme s'il avait oublié sa présence.

- Nul n'a dit que je n'appréciais cette étable à cafards.


Effectivement, il n'avait jamais formulé de tel mot mais rien que cette appellation... Elle n'était pas très flatteuse et son attitude à l'égard des gens la peuplant ne faisait que renforcer cette impression. La sentinelle haussa très légèrement un sourcil mais, resta silencieux pour le moment, attendant la suite. Et à vrai dire la façon dont son interlocuteur se plaça lui laissa penser qu'il s'ennuyait un peu... Ou bien qu'il était en pleine réflexion. Le regard d'Elijah fut attiré par le mouvement des plumes dans ses cheveux. Il ignorait de quoi ça venait et il n'avait pas vraiment envie de le savoir...

- A vrai dire, le temps m'importe peu. Ceux à l'extérieur du mur peuvent craindre que la pluie fasse monter le niveau des eaux, mais pour un homme en sécurité comme moi, un peu de pluie ne fait aucune différence.

Oui, eux ils étaient bien à l'abris mais ces gens, parce qu'ils sont pauvres, subiront les répercussions du mauvais temps et des pluies incessante. Quoiqu'il en soit, il n'avait rien contre les temps comme ceux là, mise à part que la visibilité était réduite mais il préférait un peu plus de chaleur et de vent sec. La serveuse revint bientôt près d'eux, posant le verre de l'homme avant de repartir vers d'autres clients. Il n'aurait vraiment pas apprécié faire un métier pareil... Supporter des groupes de personnes alcoolisées... Non merci.

- Cependant, si vous désirez tout savoir... Je suis le propriétaire du magasin en face, il est donc plus aisé de venir boire dans cette taverne plutôt que d'en chercher une autre.


Oh... Donc il s'occupait d'armes. Intéressant. Un léger sourire en coin se dessina sur le visage du jeune homme alors qu'il soutenait le regard agressif de l'homme. Il porta lui aussi son verre à ses lèvres mais pour boire plus lentement, pas habitué à boire. Ses yeux étaient incroyablement beaux et particuliers... La sentinelle trouvait d'ailleurs l'homme particulièrement plaisant à regarder. Il garda toutefois cette réflexion pour son fort intérieur, ne voulant pas courir le risque de susciter une réaction non voulu. Après tout l'homme avait déjà bien entamé ses verres et même ici l'homosexualité pouvait être détestée.

"Je vois... Je comprends mieux alors. Et non, en effet vous n'avez jamais dis ne pas aimer cette place et pourtant... Vos réactions et vos mots laissent à penser que c'est le cas."

A son tour, son verre fut fini et il hésita quelques secondes avant de faire signe à la serveuse de revenir lui apporter un verre. Il ne connaissait pas du tout ses limites et il n'avait pas vraiment envie de finir ivre mort devant cet homme et surtout en portant son uniforme de sentinelle. Car même s'il sa garde était fini pour aujourd'hui, il gardait l'image de "l'élite" comme son interlocuteur l'avait nommé quelques temps avant. Elle revint aussi sec poser son verre avant de repartir sans demander son reste. Il fit tourner le verre entre ses doigts, son esprit se dissociant quelques instants de la situation présente. Sans vraiment faire attention ses yeux se remirent à scruter le visage face au sien, le dévisageant presque. Il lui semblait que l'homme devait être un peu plus grand que lui mais assit il n'en avait pas la moindre idée. Il espérait que non. Il se demanda si en glissant ses doigts dans son épaisse chevelure, la sensation serait douce et agréable avant de revoir les plumes. Elles étaient intrigantes. Peut être était-il un peu trop tactile mais il avait envie de les toucher elles aussi...

Il se retint de froncer les sourcils, il devait peut être ralentir sur l'alcool, ses pensées fusaient de partout et ce n'était jamais bon.

"Vous devez avoir l'habitude que l'on vous le demande mais... Vos plumes... D'où viennent-elles ? Je n'en ai jamais vu de telle auparavant..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aizel Feurisson

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 01/04/2015
Localisation : Au fin fond de sa boutique

Carte d'identité
Age: 33 ans
Relation amoureuse: Célibataire
Autres:

MessageSujet: Re: Fuir la pluie et ses soucis. [pv Aizel Fleurisson] [FINI]   Lun 6 Juil - 2:04

Fuir la pluie et ses soucis

Aizel, de ses monstrueux yeux, contemplait l'énergumène face à lui. Le regard aussi perçant que celui d'un persian, il le détailla du regard. Grand avec une peau plus basané que la plupart des gens. Il aimait cette couleur qui lui rappelait la chaleur de l'été, mais aussi qui s'accompagnait à merveille à la trace rougit d'une morsure éphémère. Il le regarda boire, admirant ses fines lèvres qui avaient fini par se gercer à forcer de se retrouver sur les murs qui enveloppait le cocon des citoyens. Ses cheveux étaient négligés, digne d'un jeune homme en plein dans la fleur de l'âge, avec cette provocation de gamin de la vingtaine. Mais il n'en restait pas pour le moins beau et très attirant. Mais il y avait ce petit détail... Ce petit détail qui ferait qu'il ne pourrait jamais poser la main sur lui... C'était un humain.

- Je vois... Je comprends mieux alors. Et non, en effet vous n'avez jamais dis ne pas aimer cette place et pourtant... Vos réactions et vos mots laissent à penser que c'est le cas.

Et le verre du gamin fut rapidement fini, faisant grogner l'aîné. Il n'avait pas l'habitude de discuter, ni même de s'occuper des gens... Et il n'avait pas vraiment envie de se retrouver avec un hunter ivre mort entre les pattes. Il aurait ce désir fou... Se transformer... Planter ses crocs dans sa gorge... Sentir les flots écarlates perler entre ses babines tandis que les flammes de son dos finiraient pas l'envelopper. Il détourna les yeux, calmant sa colère naissante. Non, le passé qu'il avait vécu n'avait plus aucune importance. Aujourd'hui, il était un démon dans le corps d'un homme. Il n'appartenait plus à aucun des deux peuples. C'était ça, sa nouvelle vie. Un ramassis de mensonges, à faire semblant d'être un autre, mais surtout à renier ses origines.

- Vous devez avoir l'habitude que l'on vous le demande mais... Vos plumes... D'où viennent-elles ? Je n'en ai jamais vu de telle auparavant...

L'hybride caressa sa plume pensivement, tournant la tête vers lui pour le regarder de nouveau. Il commanda un nouveau verre, gardant ses yeux rivés dans les siens. Sans vraiment y prendre garde, son pied vint rencontre celui de son interlocuteur et il se pencha légèrement en avant pour scruter son regard avec plus d'attention. Il devait avoir quelque chose comme... Vingt-cinq ans, se disait Aizel. Mais ses connaissances en matière de monstre se limitait à celle d'une jeune recrue de vingt ans. Ses doigts devinrent plus lent lorsqu'ils atteignirent la pointe de sa plume, avant de la reposer sur la table.

- Vous êtes une sentinelle, n'est-ce pas ?

Il se recula légèrement lorsque la serveuse vint poser sa chope face à lui. Du coin de l'oeil, le feurisson l'observa, voyant ce jolie minois féminin devenir agacé par tant de allé-retour. Il aurait pu lui demander de lui apporter deux ou trois autres verres en même temps, pour lui éviter un labeur plus dur... Mais il n'avait pas vraiment de compassion. C'était le travail de cette femme que de servir de l'alcool, non pas de se plaindre des alcooliques qu'elle allait devoir rencontrer ! Dès qu'elle s'éloigna de leur table, Aizel planta une fois de plus ses pupilles aiguisées sur le visage de l'élu.

- Votre uniforme et vos connaissances en disent long sur votre rang...

Arrogance, sans la moindre crainte dans sa voix. Sa voix était rauque et masculine, mais sans vraiment devenir plus forte pour ne pas attirer l'attention. Il restait calme. Aizel s'exprimait d'égal à égal face à l'homme, sans ressentir le mal aise de son comportement qui pouvait être jugé comme provocateur. Il était un marchand respectable et n'ayant jamais commit le moindre crime. Il n'avait pas à se soumettre face à lui. Il lui répondit toutefois après quelques minutes.

- Plumes de monstre fournaise à son dernier stade d'évolution. L'un des rares rapaces à avoir la capacité de vous transformer en torche humaine. Beaucoup périssent face à ce genre de créature.

Il ne se vantait pas, Aizel était resté humble et indifférent dans son explication. Il n'était pas vraiment le genre de personne qui fanfaronne, au contraire, il préférait rester discret... En fait, c'était le genre d'homme qui voulait juste être celui qui parlerait le plus fort, pas nécessairement le meilleur.
 
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

- LITTLE MEMORIES OF THE PAST -




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elijah Ewin

avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 02/04/2015
Age : 21

Carte d'identité
Age: 28
Relation amoureuse: Celibataire
Autres:

MessageSujet: Re: Fuir la pluie et ses soucis. [pv Aizel Fleurisson] [FINI]   Mer 8 Juil - 23:05

Il vit les doigts de son interlocuteur se glisser sur les plumes après qu'il ait posé sa question. Il sembla pensif quelques instants puis il reporta son attention sur le jeune homme face à lui. Celui ci tressaillit légèrement en sentant le pied de l'homme plus âgé contre le sien. Il savait que ce n'était pas voulu mais ce contact soudain l'avait légèrement surprit. Elijah continuait de le regarder, silencieux, attendant sa réponse. Mais celle qui vint n'était pas celle à laquelle il s'attendait à vrai dire...

- Vous êtes une sentinelle, n'est-ce pas ?


Elijah resta coi face à cette question. Cela se voyait à son uniforme non ? Coupant net sa réflexion, la serveuse revint pour poser le nouveau verre de l'homme. Le sien était toujours presque complètement plein. Il devait ralentir un peu de son côté.

- Votre uniforme et vos connaissances en disent long sur votre rang...


La sentinelle tiqua quelques secondes avant de vite réaliser que la remarque était fondée de toute façon. Et que même si cet homme ne le connaissait pas assez pour porter de jugement sur lui, il n'était pas aussi expérimenté que les autres sentinelles de son âge. Après tout il avait rejoint les Hunter bien plus tardivement qu'eux. Sa période de nouvelles recrues ne remontaient pas à tant de temps que cela. Il aurait voulu froncer les sourcils et montrer colère et vexation... A la place, ses joues se teintèrent légèrement de rouge et il se racla la gorge en observant le fond de son verre, un peu honteux. L'alcool n'aidait pas son côté rageur à ressortir, c'était plutôt l'inverse

- Plumes de monstre fournaise à son dernier stade d'évolution. L'un des rares rapaces à avoir la capacité de vous transformer en torche humaine. Beaucoup périssent face à ce genre de créature.


Il releva finalement son regard vers lui, d'autant plus intrigué par ces révélations. Il fut un brin jaloux de voir qu'un civil avait beaucoup plus d'expérience que lui en matière de monstre mais surtout qu'il en arborait des trophée... Il sur se contrôler cette fois pour que le rouge à ses joues ne soit pas plus voyant encore. C'était vraiment la honte pour lui mais il ne voulait pas montrer ce qu'il ressentait à cette homme... Bon c'était déjà surement un peu trop tard mais il pouvait limiter la casse au moins. Il ferma les yeux avant de hausser les épaules, un petit sourire se dessinant sur son visage -qui soit dit en passant, avait reprit sa couleur d'origine-.

"Pour être franc, je me suis engagé assez tardivement dans le milieu militaire... Ce n'était pas vraiment mon but."

Il reprit la choppe entre ses lèvres pour faire couler le liquide alcoolisé entre celles ci et le laisser se répandre le long de sa gorge comme une caresse brulante mais douce en même temps. Quand il reposa son verre sur la table, sa langue se glissa sur sa lèvre supérieure pour en récolter des infimes gouttes de boisson. Il avait reprit son air détendu et détaché, préférant changer de sujets de conversation subtilement.

"Donc j'en conclu que vous êtes un chasseur plutôt expérimenté..."

Son coude se posa sur la table en bois et il cala son menton dans le creux de sa main. Il se surprit à vouloir se vautrer sur la table pour être plus à l'aise... Bien sur il n'en fit rien, entamant mentalement un débat sur les effets de l'alcool sur sa personne. Il dut néanmoins se reconcentrer sur l'homme face à lui pour ne pas avoir l'air d'un sombre crétin... Si ce n'était pas déjà le cas... Lui qui n'avait pourtant pas ce genre d'attitude en étant sobre... Il aurait d'ailleurs envoyé balader l'homme pour son sous entendu précédent s'il avait été sobre... Il était pourtant sur que l'alcool désinhibait... Peut être que ça ne fonctionnait pas avec lui...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aizel Feurisson

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 01/04/2015
Localisation : Au fin fond de sa boutique

Carte d'identité
Age: 33 ans
Relation amoureuse: Célibataire
Autres:

MessageSujet: Re: Fuir la pluie et ses soucis. [pv Aizel Fleurisson] [FINI]   Sam 11 Juil - 20:17

Fuir la pluie et ses soucis

Durant sa contemplation, Aizel avait pu admirer le visage de son interlocuteur qui changeait discrètement de couleur. Sur son visage bronzé, quelques nuages de rosés accentués son côté enfantin et débutant. Il avait donc dû tomber juste, une sentinelle et un jeune homme qui plus est. Il ne connaissait rien du monde extérieur. Pauvre garçon. Il ne connaissait rien à la vie et l'hybride trouvait cela triste et pathétique. Oui, il trouvait ceux qui ne sortaient jamais plus pathétiques que tout, surtout quand ces derniers prononcés des discours sur la misère du peuple mais n'étaient pas plus utile que les riches de la cours. L'adulte pencha légèrement la tête sur le côté en regardant le fin sourire sur le visage de l'autre, sans en comprendre la raison.

- Pour être franc, je me suis engagé assez tardivement dans le milieu militaire... Ce n'était pas vraiment mon but.

Les deux hommes reprirent leurs chopes et s'en abreuvèrent... Mais les prunelles d'or du chasseur restèrent encrées dans celles de son acolyte. Ils devinrent plus brûlant. La liqueur lui montait à la tête, lui donnait des envies de bagarre et de sexe. Il sentait ses doigts fourmiller, le démanger. Les rires gras et les toux qui s'en accompagnaient avaient le don de l'énerver et de faire ressortir ses instincts de combattant... Il lui arrivait parfois de se battre. Mais il fut incapable d'y songer plus sérieusement. Car ses yeux ambrés venaient de couler vers sa pomme d'adams, la contemplant pendant ses gorgées. Il reposa son verre et se délecta de cette excitante et interdite vision. Le brun se lécha les lèvres goulument, arrachant un grondement au chasseur.

- Donc j'en conclu que vous êtes un chasseur plutôt expérimenté...

Il pourrait lui tirer sur les cheveux, le forcer à pencher la tête en arrière et planter ses dents dans sa délicieuse gorge. Il pourrait sentir ses tremblements de peur ou peut-être de plaisir lorsque la morsure se transformait en un suçon passionné... Mais un homme lui rentra dedans. Alors que le bougre s'apprêtait à gazouiller quelques mots d'excuse, visiblement ivre, Aizel eu le réflexe fou d'attaquer. Il lui attrapa le poignet en se relevant d'un bond, faisant tomber sa chaise derrière lui. Dans un pivotement souple, il l'écrasa contre la table, lui écrasant le visage contre la table en bois, amenant son autre main sur la garde de son épée.

- Je suis désolé, ne me faîte pas de mal !

Le ton était plaintif et ses yeux étaient maintenant humide. Ce stupide réflexe lui jouait encore des tours. Aizel plissa les yeux, faisant le vide intérieurement pour éviter un changement de couleur au niveau de ses iris. Il relâcha son épée et se redressa, libérant le pauvre homme en grognant, le visage plein de colère. Il tourna la tête vers le comptoir, vit le regard du gérant... Et comprit qu'il devait partir en voyant ce dernier émettre un profond soupire de lassitude. Le feurisson était à cran et il avait le sang chaud... Il n'avait plus rien à faire ici. Son regard revint sur la sentinelle et d'une voix sec, il s'exprima.

- Excusez moi... Je devrais y aller.

Et sans un autre mot, il parti payer. Il ne s'attendait pas vraiment à ce que l'homme le suive, il espérait même que ce dernier n'essayerait pas de le trainer chez les hunters à cause de son comportement impulsif. Il jeta les pièces devant le barman, puis ouvrit la porte et s'engagea dans les ruelles devenue plus sombre encore. Quelques gouttelettes tombaient encore du ciel... Mais la nuit s'était éclairée.
 
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

- LITTLE MEMORIES OF THE PAST -




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elijah Ewin

avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 02/04/2015
Age : 21

Carte d'identité
Age: 28
Relation amoureuse: Celibataire
Autres:

MessageSujet: Re: Fuir la pluie et ses soucis. [pv Aizel Fleurisson] [FINI]   Mer 15 Juil - 23:06

Elijah était perdu dans ses pensées quand l'action se déroula, le surprenant tant elle sembla se passer rapidement sous son regard. Il cligna des yeux en voyant le visage de l'homme ivre contre la table, sur le point de pleurer... Le pauvre... Son regard remonta sur le chasseur. Il avait vraiment l'air en colère... Il était impressionnant... Et... Très attirant... Pendant que l'homme était trop occupé à terrorisé sa victime, la sentinelle se permit de laisser son regard glisser vers son entrejambe, se demandant s'il était... Puissant... Il se retint de ricaner et se redressa un peu, regardant autour de lui pour voir si on avait remarqué son comportement. Heureusement ils étaient tous occupés par l'agression... Agression... Ah oui mince, une agression sous ses yeux ! Il fronça les sourcils et fut près à le sermonner avant de voir que l'homme était déjà libéré de l'emprise du chasseur...

Eli reprit un air normal, quoique blasé de voir les ravages de l'alcool sur son esprit... Le regard de l'homme croisa le sien mais il ne reprit pas place face à lui. A la place il se targua d'un vague salut, sec et presque énervé, laissant perplexe la sentinelle. Il le regarda payer au bar avant de sortir de l'établissement, l'abandonnant purement et simplement. Elijah baissa les yeux sur son verre encore à moitié rempli et se gratta la tête, réfléchissant à ce qu'il devait faire. Le poursuivre et au moins le sermonner un peu ? Ou rester à boire, se cuiter définitivement la gueule et donner une magnifique image des hunters...? Non, il avait plus intérêt à faire au moins mine de rattraper l'homme... Histoire que les autres voient qu'une agression doit quand même être soulignée. Il grogna un peu en se redressant, laissant son verre sur la table. Il posa l'argent sur le bar en sortant.

Un long frisson le parcourut alors qu'il laissa les bruits de pas de sa "cible" le guider dans sa direction. Rapidement et avec un pas très léger il le rattrapa.

"Hey ! C'était quoi ça ?! "

Le jeune homme espérait avoir l'air un temps soit peu, crédible face à cet homme. Qui en plus, était effectivement plus grand que lui... Si la situation avait pu s'y prêter, Elijah aurait pu bouder par envie. Mais pour le moment il essayait de ne pas faire tâche, l'alcool l'empêchant de se tenir bien droit dans une position exprimant la colère... D'ailleurs son visage lui même n'était guère convaincant, les sourcils à peine froncés, le regard pétillant. En fait il ressemblait à un type bourré qui tentant de mimer la colère. Il agita son doigt dans sa direction, un peu comme sa mère avait l'habitude de faire quand ils étaient plus jeunes et il reprit sur un ton, au moins aussi crédible que son expression.

"On agresse pas les gens comme ça ! C'est... C'est... pas bien ! "

Il fixa encore l'homme avant de se rendre compte qu'il devait surtout être ridicule. Il fit la moue avant de croiser les bras, râlant un peu.

"Ouais bon... Fait comme si je t'avais vraiment engueuler..."


Il faillit ajouter "et comme si j'avais deux têtes de plus aussi..." Elijah ne se trouvait pas petit du tout mais il était très fin par rapport à cause de certains autres hommes et il trouvait ça peu impressionnant... Et avec l'alcool en plus... Lui même n'y croyait pas. Il avait capitulé tous seul parce qu'il savait que son interlocuteur devait avoir plus envie de rire que de trembler et s'excuser. Cela l'énervait un peu mais ce n'était pas une colère dirigé vers le chasseur mais surtout contre lui même. Il n'aurait pas du boire autant, il aurait peut être pu réagir plus tôt et mieux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aizel Feurisson

avatar

Messages : 32
Date d'inscription : 01/04/2015
Localisation : Au fin fond de sa boutique

Carte d'identité
Age: 33 ans
Relation amoureuse: Célibataire
Autres:

MessageSujet: Re: Fuir la pluie et ses soucis. [pv Aizel Fleurisson] [FINI]   Jeu 16 Juil - 0:01

Fuir la pluie et ses soucis

Aizel entendit la porte s'ouvrir derrière lui puis se refermer. Fait chier... L'hunter l'avait suivit et il allait surement le sermonner. Il ne se retourna pas, continuer de marcher, regardant droit devant lui. Mais rien à faire, il ne lachait pas l'affaire et bientôt, le jeune homme fut à sa portée.

- Hey ! C'était quoi ça ?!

Plus petit que lui, plus ivre que lui, avec une tête d'enfant boudeur qui ne tient plus debout... Le représentant de l'ordre n'avait pas fier allure. Il avait de la chance que le feurisson ne possède pas des instincts de tueur, car il aurait été aisé de l'attraper dans une ruelle pour l'égorger. Il ne se sentait pas d'humeur non plus à se battre avec lui ou de le jeter... Peut-être parce que la liqueur qu'il avait ingurgité lui montait à la tête au point qu'il le trouvait trop mignon pour lui asséner un coup. Le jeune homme agita son doigt, l'air colérique. Ou plutôt, c'est ce qu'il semblait essayer de faire.

- On agresse pas les gens comme ça ! C'est... C'est... pas bien !

Aizel aurait pu en rire et se moquer de lui ! Mais il n'en avait pas l'envie. Il se contenta de se tourner face à lui, lentement, une main dans sa poche. Il le jugea de sa haute taille, le regardant de haut. Pas méprisant, mais il ne se soumettait tout simplement pas et il lui montrait clairement qu'il ne le craignait en rien. Il attendit patiemment que le basané ai fini son monologue pour repartir. Mais son visage était vraiment... Mignon.

- Ouais bon... Fait comme si je t'avais vraiment engueuler...

Il l'écouta à peine, bien trop occupé à se demander depuis quand les jeunes garçons l'intéressait autant. L'hybride contempla son visage, puis ses lèvres. L'air était frais, épurant l'odeur d'alcool qui émanait de leur personne. Quelques gouttes volages tombèrent sur leurs épaules, leurs vêtements, puis leurs cheveux. L'agent n'avait rien de crédible. Il était bien trop ivre pour que Aizel puisse le craindre, ou craindre une quelconque représailles. Avec un peu de chance, il oublierait même son visage le lendemain. Le feurisson hésita longuement à tourner les talons et repartir sans un mot... C'est ce qu'il allait faire d'ailleurs. Jusqu'à ce que la perle tentatrice ne s'échoue sur le visage de son interlocuteur.

Une gouttelette s'écrasa sur la joue du chasseur, glissant le long de sa pommette jusqu'à s'arrêter au coin de ses lèvres. Aizel regarda l'eau glisser sur cette surface lisse et bronzé... Et une drôle d'idée vint fleurir dans sa tête. Il allait partir, mais il ferait quelque chose d'autre avant. Les yeux dans les yeux, il posa sa main sur l'épaule du jeune homme... Et le poussa dans une ruelle, sans la moindre violence. Il fit rencontrer son dos contre le mur, sa main remontant le long de sa joue. Son pouce caressa ses lèvres et doucement, il se pencha vers lui. Depuis quand rêvait-il de pouvoir s'unir de nouveau à quelqu'un ? Depuis bien trop longtemps... Et c'était tentant, si facile... Un baiser, un seul, ça ne ferait de mal à personne...

Leurs lèvres se touchèrent et bientôt, il força l'entrer en insinuant sa langue entre ses lèvres. Il le cacha de son corps, pour que nul ne les voit, pour que nul ne connaisse ce secret. L'hunter était ivre, il serait peut-être honteux le lendemain en se rappelant, mais avec un peu de chance, sa fierté serait trop grande pour crier au scandale. Il essayerait surement que cet acte ne s'ébruite pas. Et dans le cas contraire... Et bien le monstre serait accusé d'agression dans la taverne en plus d'une agression sexuelle. Sa main relâcha sa joue, mais effleura du bout des doigts ses hanches, voulant découvrir ces formes interdites. Son baiser se fit plus passionné, débutant une danse endiablé avec sa jumelle, contrôlant le baiser avec dominance. Il était celui qui décidait. Son baiser continua durant de longues secondes, refusant d'épargner le jeune homme, jusqu'à lécher ses lèvres.

Le brun continua de le regarder dans les yeux, avec cette fierté farouche, cette fierté d'adulte qui montrait à ce gosse qui était celui qui était le meneur dans l'étreinte de courte durée. Puis... Il le relâcha, relâchant sa pauvre proie. Il resta droit comme un I face à lui, le fixant avec calme et assurance. Sa voix fut autoritaire et virile, et dans un timbre rauque, il s'exprima enfin.

- Essayez au moins d'être crédible la prochaine fois.

Puis, sans en ajouter plus, Aizel tourna les talons et quitta la ruelle.
 
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

- LITTLE MEMORIES OF THE PAST -




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elijah Ewin

avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 02/04/2015
Age : 21

Carte d'identité
Age: 28
Relation amoureuse: Celibataire
Autres:

MessageSujet: Re: Fuir la pluie et ses soucis. [pv Aizel Fleurisson] [FINI]   Jeu 16 Juil - 18:07

Il regardait son interlocuteur qui semblait n'en avoir rien à faire de ce qu'il racontait... Cela ne le surprenait pas. Qui pouvait prendre au sérieux un représentant de la loi complètement bourré ? Il avait honte de lui même... C'était même très embarrassant. Il allait lever la main pour lui dire d'aller voir ailleurs et de ne pas recommencer lorsqu'une petite goutte détourna son attention. Elle avait atterrit sur le haut de sa joue avant de poursuivre sa course vers le coin de sa bouche. Il ne s'en soucia guère, levant plutôt les yeux vers le ciel pour observer les nuages toujours aussi menaçant... Une nouvelle averse se préparait...

Lorsqu'il reporta son attention vers l'homme, celui ci était tout près et avait posé sa main sur son épaule, le faisant reculer vers une ruelle plus petite et discrète.... Qu'est ce qu'il voulait ?! Le jeune homme n'était pas en état de se battre... Ou de lui échapper vu l'endroit où il était... Une ruelle étroite et plus sombre, assez humide pour rendre le pavé glissant. Eli fronça légèrement les sourcils lorsque son dos rencontra la pierre froide et mouillée du mur. Puis les doigts de l'homme, étonnamment chaud, remontèrent doucement sur sa joue... Il ne put s'empêcher de fermer les yeux à la caresse sur ses lèvres, ce contact le faisant doucement frémir. Les hormones en ébullition, il fut incapable de repousser le chasseur lorsque ses lèvres vinrent rencontrer les siennes... Lorsqu'il entama un baiser aussi brûlant que (le postérieur de) la sentinelle. Il eut un autre frisson quand la main du bel homme effleura sa hanche tandis que sa langue entraînait la sienne dans une danse imposée, au rythme soutenu et intense... Il ne voulait pas se détacher de cet homme... Ce baiser était tellement bon...

Malheureusement, il sentit le corps de l'homme s'écarter et ses lèvres se détacher des siennes... Elijah haletait lui, les joues rouges, sans bouger, le corps figé...

- Essayez au moins d'être crédible la prochaine fois.


Lorsqu'il rouvrit les yeux, près à l'envoyer chier, l'homme s'était déjà éloigné... Sans un regard en arrière, laissant la pauvre sentinelle seule avec sa frustration. Il baissa les yeux sur son entrejambe... Une bosse s'était discrètement formée, signe de son excitation et du plaisir qu'il avait prit lors de ce baiser. Il soupira... Regardant la rue maintenant vide... Il aurait voulu recevoir plus de cet inconnu... Tant pis. Il se reprit un peu en main et s'éloigna à son tour, dans la direction opposée, prenant le chemin de sa propre maison. Il avait besoin d'évacuer la frustration... et vite.


[FIN]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Fuir la pluie et ses soucis. [pv Aizel Fleurisson] [FINI]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Fuir la pluie et ses soucis. [pv Aizel Fleurisson] [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Thé et biscuits pour fuir la pluie [Ne pas fermer svp]
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» Haiti en marche - Haitiens, partout fuir la misere!
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» [Texte] La pluie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ygrahis  :: Basse Ville :: Quartier modeste :: La taverne du fou-