AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ce n'était pas ce qu'il y avait d'écrit {feat. Suisui !}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Keldeo Arabian

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 14/12/2014
Age : 21
Localisation : Sur le champ de bataille

Carte d'identité
Age: 20 ans (30158 ans en vrai)
Relation amoureuse: N'y pense pas
Autres:

MessageSujet: Ce n'était pas ce qu'il y avait d'écrit {feat. Suisui !}   Lun 26 Jan - 22:40





 
Elle portait un tablier vert...
   
 
 
Il faisait frais ce jour-là. Cependant, le soleil brillait dans le ciel clair et le vent était juste ce qu'il fallait pour ne pas souffrir de la chaleur. Un jour parfait pour le marché.

Comme chaque mois, toutes les classes se regroupaient sur la grande place pour vendre leurs produits. C'était un peu comme un trêve. Les riches acceptaient de se mêler aux pauvres, les Downers dévoilaient leur véritable visage et les Extra pouvaient rentrer au cœur de la cité. C'était impensable... Tous se côtoyaient. Pas d'insultes ni de disputes. C'était un jour de détente et de joie. On s'amusait avant de se séparer le soir et d'oublier cette étrange journée. Puis, on remettait cela le mois suivant.

Le jour de marché, c'était un peu le rêve éveillé. Et si les conditions météorologiques étaient satisfaisantes, ces quelques heures étaient encore plus calmes.

Cependant, il y avait toujours des débordés... Un vieux coincé plein de pognon qui se brouillait avec des habitants de l'extérieur, un ou deux voleurs... Marché ne voulait pas dire congé pour les Hunters.
En l’occurrence, pour toi.

En effet, tu marchais entre les étalages, l'épée à la ceinture. Tu te faufilais entre les gens, peinant à cause de ton arme qui avait du mal à passer. Tu grognais un peu. Normalement, les Hunters étaient plus ou moins aimés, mais dans tous les cas, on s'écartait sur ton chemin. Là, on t'ignorait complètement !
Avec quelques coups de coudes tu arrivas à te dégager de la foule et alla te réfugier dans un endroit un peu plus calme et moins chaotique.

Tu passas une main sur ton front. Sauvé ! Un rire retentit à côté de toi. Tu te retournas vers ton coéquipier. Celui te sourit de toutes ses dents. Elles étaient un peu en avant mais ça lui rajoutait un drôle de charme. Il était un tout petit plus grand que toi mais il n'avait aucun mal à se frayer un chemin dans la foule.
Tu le foudroyas du regard.
Le blond se contenta de te sourire doucement.

Jim White... Ton binôme. Un grand idiot qui maniait l'épée comme un incapable mais se débrouillait passablement au trident. D'ailleurs son arme était accroché dans son dos. Elle ne le gênait pas contrairement à la tienne.

Vous jetèrent quelques regards sur les gens pour s'assurer qu'il n'y avait aucun problème puis reprirent votre chemin.
Les gens bougeaient comme une masse informe. S'ouvrait, se refermait. Elle respirait... Et cette saleté d'épée qui t'empêchait de te déplacer comme il faut. Le bruit emplissait tes oreilles. Tu n'en pouvais plus... Te faire bousculer dans tous les sens, les odeurs fortes de transpiration.

Beaucoup de gens adorait le jour de marché mais toi, non !

Tu relevas la tête. La tête blonde de Jim n'était plus à tes côtés. Tu te mis sur la pointe des pieds et regardas au loin. Jim n'était pas non plus devant... ni derrière. Tu fis plusieurs fois des tours sur place. Ton ami n'était nulle part. Il y avait trop de monde ! Trop de monde et tu l'avais perdu ? Ta première réaction fut d'essayer de le chercher, mais c'était comme ... essayer de trouver une épingle dans une botte de foin ! Impossible.

Tu te mordis les lèvres. Comment faire ? Il devait bien y avoir d'autres équipes de Hunters dans le coin, tu tomberas forcément sur quelqu'un. D'un autre côté, tu ne voulais pas être ridicule, et tu savais qu'on se moquerait s'il on apprenait que tu t'étais perdu.

Tu soupiras, et décidas de retrouver le manieur de trident. Avec un grand désarroi, tu replongeas dans la foule... C'est alors qu'entre deux étalages ton regard bleu accrocha une teinte verte. Derrière la rangée de marchands, une jeune fille se tenait. Ses longs cheveux châtains encadraient son visage bronzé. Mais surtout, ce qui avait attiré, tes yeux était son tablier. Un tablier vert.

Tu t'approchas, posant tes mains sur les présentoirs. Elle ne t'a pas vu. Tu n'arrives pas à décrocher de sa silhouette. Plutôt petite, mais mignonne comme tout.  

Sans se retourner vers toi, tu la vis disparaître dans la masse. Tu étouffas un cri pour la retenir, mais dans tout ce vacarme, elle ne t'entendra pas. Tu pourrais faire le tour et aller de son côté mais le temps d'y arriver, elle aura filé depuis belle lurette ! Tu reculas un peu. Il ne te restait plus qu'une chose à faire... Tu fis craquer tes doigts puis pris ton élan.

Monsieur Michel était potier depuis ses quinze ans. Cela voulait dire depuis 63 ans maintenant. Il ne faisait pas du grand art. Juste des cruches et des pots en terre. Des objets fragiles mais faits avec soin. Il ne gagnait pas beaucoup et avait peur de se faire envoyer hors des murs... Heureusement, on était le jour de marché. C'était l'occasion de vendre le plus possible. Monsieur Michel souriait. Ses affaires avaient l'air de repartir pour de bon. Il discutait d'un prix d'un pot à lait avec un client quand il aperçu un jeune Hunter concentré. Mais qu'est-ce qu'il faisait... ? Monsieur Michel n'eut pas le temps de comprendre, que le garçon avait déjà sauté sur la table où était exposé son dur travail. Il bondit au dessus des étalages de coupes en argile et atterrit de l'autre côté.

Tu n'entendis pas les hurlements hystériques du vieux marchand et fonças dans la foule. Celle-ci apeuré de te voir jaillir, s'était poussée. Certains poussaient des cris indignés, d'autres étaient plus curieux tandis que riaient.
La réaction des gens te blasait...

Mais cette fois-ci, tu les ignoras. Il fallait retrouver la demoiselle. Tu aperçus un ruban vert se faufiler. Sans plus attendre, tu jouas des coudes mais les gens s'étaient déjà refermés autour de toi et tu avais du mal à avancer. Tu tendis une main et saisis un bras.

- Mademoiselle ! S'il vous plaî...

Tu ne terminas pas ta phrase. Ce n'était pas la jeune fille au tablier vert ! C'était un homme !
 
 
 

 
© Codage By FreeSpirit
 

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ce n'était pas ce qu'il y avait d'écrit {feat. Suisui !}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» «Il était un petit navire, qui n'avait ja, ja, jamais navigué» Adeline A. Romanov [terminé]
» il était un petit navire qui n'avait ja-ja-jamais navigué, ohé ohé.
» Il était une fois... Carrefour!
» je croyais que c'était terminer...
» Ce n'était pas le moment de me déranger ! || PV Ginny Weasley

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ygrahis  :: Basse Ville :: Place du marché-