AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La lumière n'est pas de ce monde { Feat. Seth } /!\ mort violente [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Keldeo Arabian

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 14/12/2014
Age : 21
Localisation : Sur le champ de bataille

Carte d'identité
Age: 20 ans (30158 ans en vrai)
Relation amoureuse: N'y pense pas
Autres:

MessageSujet: La lumière n'est pas de ce monde { Feat. Seth } /! mort violente [FINI]   Lun 26 Jan - 1:28





   
Certains disent que l'enfer, c'est les autres.
D'autres racontent que c'est le silence.
Pour moi, l'enfer c'est le noir.
Sans couleur et lumière.
Comme l'ombre de tes crocs au dessus de moi.


   
   
   


Tu as soupiré et passas une main dans tes cheveux noirs. Tes chaussures s'enfonçaient dans la vase dans des sproch ! sonores. Tu grimaças un peu et remontas sur le bord en pierre. Tu y essuyas les semelles de tes bottes sur le rebord. A tes côtés le jeune homme roux souriait de toutes ses dents. Tu fis mine de ne pas le voir... Heureusement, l'autre Hunter ne pipa mot. Heureusement pour lui ! Cela aurait été dommage qu'il se retrouve les quatre fers dans la flotte.
Toujours en grognant dans ta barbe inexistante, tu te repris ta route dans les profondeurs des égouts.

Comment ? C'est la question qui n'arrêtait pas de tourner dans ton esprit. Tu retournais le mot dans tous les sens comme si la réponse allait se dévoiler subitement.
Comment avais-tu pu te retrouver dans cette stupide mission ?! Stupide et ... salissante.

Cela aurait pu être n'importe qui d'autres. Normalement, ce n'aurait pas dû être toi. Tu étais en binôme avec Jim White pas avec ce rouquin idiot ! Tu appréciais beaucoup Jim. Il avait été présent lors de ton entrée à Ygrahis. Il n'était pas curieux comme les autres. Il ne te traitait pas comme une bête de foire. Il était naturel. Il n'avait jamais eu peur de toi, même quand tu dégainais ton épée et menaçais de faire tomber des têtes. Il se contentait de te sourire et de s'approcher doucement pour te calmer. Les nuits qui suivaient ce genre d'épisode, tu grommellais. Les gestes de Jim étaient ceux d'un homme qui s'occupe d'un animal sauvage.
Non en réalité, Jim White était un imbécile. Mais un imbécile qui avait une part d'intelligence et un cœur grand comme ça !

Aujourd'hui, Jim et toi deviez partir patrouiller en Haute-ville. Cependant, ton coéquipier avait attrapé la grippe lors de votre dernière sortie et était bloqué à l'infirmerie. Alors on t'avait assigné une autre mission. Avec un autre Hunter. Sur le coup tu avais oublié ton inquiétude pour Jim. Tu aimais les missions. Les patrouilles étaient ennuyeuses ! Mais la seconde partie t'avait plutôt déplu...
Tu n'aimais pas faire équipe avec des idiots. Sauf avec Jim.  

C'est ainsi que tu as fait connaissance de ton charmant compagnon. Tu ne connais même pas son nom. Enfin si... mais tu n'as pas pris la peine de le retenir. Tu ne vois pas l'intérêt.

Tes pas se faisaient plus rapides et rageurs. Tu voulais en finir le plus vite possible ! Il faisait froid ici en plus... Soudain, ton pied droit dérapa sur la pierre. Tu partis en arrière et tu vis le plafond s'éloigner de plus en plus. Tes doigts se serrèrent sur la poignée de ta lampe à huile. Tes grands yeux bleus s'écarquillèrent. Tu ne crias pas. Tu aurais pu mais tu t'efforças à serrer les dents. D'un coup, on te retint par le bras.
Le rouquin te souriait aussi largement qu'un renard. Tu te redressas et te dégageas en le foudroyant du regard.
Jamais il ne pourra t'arracher de remerciement !

Le renard se contenta de te suivre, son sourire accroché sur les lèvres.

Vos pas résonnaient dans le noir. Vos ombres, projetées sur les murs, dansaient à la lumière des flammes. Il aurait fait noir comme dans un four si vous n'aviez aucune source de lumière.
Mystérieusement, tu frissonnas. Le noir ne t'inspirais pas confiance. Tu ne savais pas pourquoi mais tu n'aimais pas les ténèbres. Une peur profonde sûrement...  

Tu jeta un regard sur ta carte et tournas à une intersection. Le renard te suivit silencieusement mais tu sentais son rictus dans ton dos.

Des gouttes d'eau tombaient du plafond arrondi. Le rebord en pierre ne faisait qu'un mètre de largeur et la moisissure le rendait glissant. Les égouts hors d'Ygrahis avaient été inondés lors de la pluie torrentielle, il y avait cinq ans mais certains conduits étaient maintenant à un niveau normal. D'autres étaient encore noyés.

Et apparemment, des Monstres avaient élu domicile ici ! Tu pinças un peu les lèvres. S'il on mettait des grilles, ça aurait été réglé.

Tu regardas l'eau sombre. Il n'y avait rien ici. Vous tourniez à une intersection. Encore. Sans ce plan, vous seriez perdu.

C'est alors qu'une main se posa sur ton épaule et te retourna contre le mur. Tu fis face au sourire du renard. Il passa une main sur ta joue pâle. Tu le foudroyas du regard mais au fond, tu sentis tes organes se tordre. Vos deux lampes donnaient une atmosphère glauque à la scène. Tu retins ton souffle quand il lècha ton oreille...

Malgré le sol glissant, tu courrais. Par réflexe, tu avais envoyé ton genou dans les parties intimes de l'autre Hunter. Tu aurais pu le tuer avec ta lame comme tu menaçais tant de gens, mais tu avais préféré fuir.
Tu ne comprenais pas. Depuis que tu étais dans cette ville, c'était la première fois que tu fuyais. Tu n'avais même pas sorti ton épée de son fourreau...

La flamme de ta lampe se balançait au rythme de ta course. Tu ne t'étais pas rendu compte que tu avais fait tomber la carte dans l'eau. Pas encore. Tout ce que tu savais c'est qu'ici, dans ce lieu sordide puant l'eau sale et la boue, la lumière n'est pas de ce monde.  
 
   

   
© Codage By FreeSpirit
   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Aligatueur

avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 26/01/2015
Localisation : À l'exterieur des remparts

Carte d'identité
Age: 28 ans
Relation amoureuse: Pas intéressé
Autres:

MessageSujet: Re: La lumière n'est pas de ce monde { Feat. Seth } /!\ mort violente [FINI]   Mer 27 Mai - 15:32

La lumière n'est pas de ce monde

Dans les lugubres tunnels des égouts, seul la respiration du vent s'engouffrant dans son repaire se fait entendre. Du moins, c'est ce qu'aurait pu penser n'importe quel humain en mettant les pieds ici. Le bruit des gouttelettes s'écrasant dans l'eau, un grondement sourd ressemblant à la respiration d'une terrible créature mais qui n'est toujours que le vent... A l'exception d'une des membranes du lieu. Dans cette membrane, l'eau était encore haute, prisonnière derrière un muret plus haut. Dans ce semblant de rivière à l'odeur putride, il y a une chose qui y dort, impossible à voir... Pour ceux n'ayant pas les yeux assez perçant pour le percevoir. Car Seth est ici, endormi, son long museau bleu sortant du liquide incolore, les narines s'ouvrant à chacune de ses inspirations, créant dans son environnement un nouvel échos tout aussi terrifiant que celui du vent.

L'eau est sale, boueuse par endroit et son corps bleu et rouge est maintenant terni, mais qu'importe. Il était si fatigué... Il voulait dormir sous cette forme et restait reclus ici bas jusqu'à ce que la basse populace cesse de le chercher. Un trentenaire l'avait vu avec sa jeune fille, quinze ans tout au plus. L'aligatueur n'avait pas eu le temps d'émettre le moindre sons ni d’exercer un quelconque geste pour que l'adulte ne se mette à hurler à gorge déployée. Il l'avait déchiqueté entre ses crocs et ses griffes pour le faire taire, puis s'était élancé à la poursuite de la fillette pleurnicheuse qui avait malheureusement fait la rencontre d'un groupe de hunter... Et ces derniers l'avait chassé. C'était une chance qu'il ai sut s'échapper, mais à présent il devait attendre avant de ressortir des égouts. Un ou deux jours... C'était le temps qu'il avait passé ici lui semblait-il. Il avait eu la chance de trouver un autre monstre plus frêle dans les boyaux du souterrain et l'avait dévoré pour se nourrir.

En cherchant bien, l'odeur putride pouvait amener à des cadavres humains et des carcasses en piètre état de créatures mâchonnées. Seth n'était pas l'auteur de tout ces meurtres, il n'en faisait d'ailleurs que peu. Juste le nécessaire pour survivre ou combler ses instincts primaire. Puis il entendit ce bruit. Grondement sourd, des yeux d'un gris proche du noire qui s'ouvrent pour regarder en direction de la provenance du bruit. Des bruits de pas, non, de course affolée. Une faible lueur se balançant dans les galeries construite par les hommes... Ils étaient venu le chercher. La bête de plus de deux mètres nagea sans un bruit, étira son long bras écailleux vers le rebord du muret. Il posa sa main dessus, se releva et escalada, produisant un fracas de tonnerre lorsque tout son être retomba lourdement de l'autre côté.

Seth pensait toujours, il avait cette conscience à moitié humaine... Mais sa soif de sang était plus grande que la raison, excité par la faim qui hurlait dans son estomac vide. Malgré son imposante carrure, ce que les gens oubliaient souvent, c'est qu'un aligatueur restait un terrible combattant rapide et dangereux. Une apparence pataud mais qui révélait de véritables tueurs avec une vitesse d'attaque incroyable et exceptionnelle au vue de leur gabarit. Il avança dans une position primaire, à quatre pattes, voûté à la manière d'un primate. L'intelligence dont il était doté lui murmurait d'une voix raisonnable d'abandonner cette folle idée, de les laisser en paix et de fuir... Mais son appétit vorace criait à sa personne de les anéantir et d'assouvir sa faim d'une chair humaine.

Néanmoins, il y avait une chose qu'il ne comprenait pas. pourquoi étaient-ils en train de courir ? La bête cessa de bouger, reniflant l'air saturé par la puanteur. Il tendit l'oreille, cherchant à trouver la raison de cet affolement soudain. Les intrus l'avaient très certainement entendu sauter, ils seraient plus prudents à l'avenir... Mais que fuyaient-ils déjà ? Car il n'entendait ni le bruit d'un combat, ni même les cris d'une créature féroce à leur trousse. Il reprit sa marche, lente mais assurée, passant de temps à autre une tête vers l'un des plus grands conduit, à la recherche des petits humains. Ils étaient passés tout près de l'endroit où il avait dormi... Et à l'odeur qu'il pouvait percevoir, ils devaient même l'avoir dépassé. Il était donc dans leurs dos... C'était un avantage pour lui, à moins qu'encore une fois les hunters se soient préparés à le voir arriver après un tel réveil.
 
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

- LITTLE MEMORIES OF THE PAST -




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keldeo Arabian

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 14/12/2014
Age : 21
Localisation : Sur le champ de bataille

Carte d'identité
Age: 20 ans (30158 ans en vrai)
Relation amoureuse: N'y pense pas
Autres:

MessageSujet: Re: La lumière n'est pas de ce monde { Feat. Seth } /!\ mort violente [FINI]   Ven 10 Juil - 23:33






Certains disent que l'enfer, c'est les autres.
D'autres racontent que c'est le silence.
Pour moi, l'enfer c'est le noir.
Sans couleur et lumière.
Comme l'ombre de tes crocs au dessus de moi.





Tu courrais aussi vite que tu pouvais. La lampe balayait l'obscurité, faisant trembler les murs. Les ombres dansaient autour de toi. Elles virevoltaient à une vitesse folle, fonçant vers toi, s'élançant ou rebondissant en tous sens. Mais ce n'étaient pas les ombres qui t'effrayaient. Car, oui, il fallait que tu l'avoues, tu étais terrifié. Tu n'étais qu'un garçon qui fuyait... Plus d'orgueil ou de menace. Finis tes airs supérieurs. Tu ressemblais à une petite chose qui avait un monstre aux trousses. Ho mais ! Non, c'est ce que tu es vraiment !

Tu te plaquas contre un mur. Ton coeur battait à tout rompre. Tu avais l'impression qu'il allait jaillir de ta poitrine. Tu te forças à calmer ta respiration. Tu déglutis bruyamment. De la sueur coulait dans ton dos. Tu essuyas ton front. C'était bon... Tu l'avais semé...

Tu frissonnas de tout ton corps en repensant à sa langue sur ton lobe d'oreille. C'était le pire contact que tu avais pu avoir de toute ta vie ! Enfin... toutes les quelques années que tu te souviens avoir passées. Tu te laissas glisser sur le sol humide. Épuisé... Émotionnellement plus que physiquement. La lanterne éclairait encore mais la cire fondait petit à petit. Heureusement que tu avais la réserve de bougie.

Tu pris ta tête entre tes mains et ébouriffa tes cheveux. Qu'est-ce que tu allais faire maintenant ?! Tu clignas des yeux.

- S-... Sortir.

Tu saisis la lampe et fouillas tes poches à la recherche du plan des égoûts. Un moment de stupeur te paralysa soudain. La carte ! Tu te redressas aussitôt et cherchas du regard le bout de papier. D'abord étonné puis de plus en plus alerte. Tu repoussas des déchets qui traînaient.

- Non ! Non ! Où est-ce que...

Tu l'avais sûrement égaré plus tôt en courant partout comme un demeuré. Ton coeur se remit à battre dans ta poitrine. Et si l'Autre l'avait trouvé ? Le Renard ... Tu aurais dû lui planter ta lame dans le ventre. Vous étiez seuls ! Au milieu d'eau stagnante, tu aurais pu faire couler son corps, le cacher ! Il aurait fini manger par un monstre, s'il y en avait bien en ces lieux...
Soudain, l'air te sembla bien lourd dans tes poumons. Comment sortirais-tu d'ici ? Tous les couloirs se ressemblaient. Et un faux pas et tu pourrais t'enfoncer dans un trou d'eau. Tu frissonnas. Tu ne savais pas nager... Tu te reculas jusqu'à te coller au mur. Un instant, tu pris peur. Tu fixais l'eau noire qui bougeait contre le rebord de pierre. Elle bougeait lentement comme si elle cherchait à grimper. Ou à t'appeler. Kel... Kel...
Tu secouas la tête. Tu te faisais des idées ! Des stupides idées !

Avec nervosité, tu passas une main dans tes cheveux. Tu t'étais jamais senti aussi mal. Même lorsque tu étais disputé par un Sergent. Même quand des femmes te regardais te travers, se moquant de toi alors que tu tentais de faire le fier. Dans cette vie, tu n'avais pas connu la peur.

La bougie dans ta lanterne tremblait doucement. Tu la retires et la changes par une nouvelle. Une vaguelette monta sur la pierre et mouilla tes bottes. Tu te redressas un peu précipitamment, levant bien au haut ta lampe. Sans lumière, tu étais fichu. Ton regard se perdit dans l'onde sombre. Quelque chose venait de troubler l'eau. Peut-être une pierre ou un morceau de moisissure, pensas-tu. Mais au fond, tu savais que ce n'était pas cela. La chose n'avait pas fait de bruit en entrant dans le liquide.

Il ne fallait pas traîner ici plus longtemps. Tu te détournas et allais revenir sur tes pas quand une main te saisit à la gorge. Hoquet de surprise. Le Renard. Il souriait de toutes ses dents. Un sourire amer. Il te dit quelque chose mais tu n'entendis pas. Tes oreilles bourdonnaient et les sons te semblaient lointains.

Il fallait que tu te tires d'ici !

Tes esprits te reviennent. Tu le frappas de ton pied pour le repousser mais il se contenta de serrer sa poigne. Tu chus sur le sol mouillé, l'entraînant avec. La lanterne se brisa. La lueur de la bougie s'éteignit en une ligne de fumée. Dans le noir complet, tu saisis le visage ton agresseur et le griffas avec tes ongles. Tu n'avais plus rien du Hunter. Plus du chat sauvage.

Les doigts se desserrèrent. Tu gigotas pour te débarrasser de son poids allongé sur ton corps mais un poing rencontra ta joue. Ton crâne rebondissant sur la pierre. Tu vis trente-six chandelles engourdissant tes idées.

Ton épée ! Ton épée !

Ta main chercha vaguement ton arme. Elle se referma sur sa garde. Tu n'eus pas le temps de tirer sa lame. L'autre avait sorti un poignard et l'avait plaqué contre ton cou.

- Un seul geste et je te plante ! Alors maintenant, tu vas gentillement te laisser faire et...

Tu n'entendis pas la fin de sa phrase. Tu venais de repérer deux petites lueurs brillant derrière lui. Comme des yeux...



© Codage By FreeSpirit



- LITTLE MEMORIES OF THE PAST -


Keldeo se bat en#33ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Aligatueur

avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 26/01/2015
Localisation : À l'exterieur des remparts

Carte d'identité
Age: 28 ans
Relation amoureuse: Pas intéressé
Autres:

MessageSujet: Re: La lumière n'est pas de ce monde { Feat. Seth } /!\ mort violente [FINI]   Sam 11 Juil - 20:41

La lumière n'est pas de ce monde

La scène qui s'offrit au titan était irréaliste. Hunters contre monstres affamés, ce n'était en rien ce qu'on lui montrait. C'était un combat entre deux créatures plus sournoises que n'importe laquelle d'autre. Un combat d'hommes. L'uniforme qu'ils arboraient été sales, crasseux, à l'odeur nauséabonde. Ils étaient empreint de l'odeur putride des égouts et des cadavres en décompositions qui flottaient dans quelques cours d'eau.

Ils chahutaient tels deux enfants inconscients, l'un sur l'autre. L'aligatueur était encore assez loin d'eux, mais malgré les ténèbres, il les voyait suffisamment pour les observer à bonne distance. Un accouplement ? Tant mieux, il serait plus facile de les dévorer. Mais l'odeur qu'il pouvait sentir ne lui rappelait pas celui du sexe et du plaisir, mais celui de la peur.

Il inspira profondément, entrouvrant sa large gueule pour mieux humer l'air des conduits. Sa gorge laissa un vrombissement lui échapper, comme s'il appelait ses confrères. mais personne ne viendrait. Il se remit à quatre pattes, ses yeux luisant dans l'ombre. La lanterne à terre était cassée, mais la flamme qui s'y trouvait n'était pas encore totalement éteinte. Alors Seth la regarda, pendant quelques secondes, puis pendant une minute, jusqu'à ce qu'elle dépérisse d'elle même. Puis plus rien, le noir absolu.

Mais il entendit ce bruit qui lui fit relever la tête, le bruit du poing contre les os, des débattements. Il comprenait à présent. Les hunters jouaient à l'agresseur et à sa victime... Quelle piètre image ils donnaient d'eux. Eux, les représentant de l'ordre, en train de lutter pour leur survie, quant à l'autre, pour tirer satisfaction du corps de son complice, contre son gré.

L'aligatueur n'aurait aucune pitié. Il s'approcha, tapant de ses puissantes pattes. L'eau se troubla à chacun de ses pas, son passage résonnant dans le couloir d'ébène. Il se redressa sur ses pattes arrière et dès qu'il fut assez proche d'eux, il ouvrit les bras, la tête en avant. Il poussa le hurlement d'un monstre gigantesque, prêt à l'attaque. Dès que son cri de guerre fut lancé, il se jeta en avant, parvenant sans difficulté à leur portée.

Le premier des deux hommes eu tout juste le temps de se relever pour lui faire face que Seth venait de le frapper, le jetant contre l'un des murs. Son pantalon était légèrement baissé, comme s'il s'était apprêté à commettre l'irréparable... Et cette répugnante vision lui arracha un nouveau rugissement de haine. Il détestait les hommes ! Qu'ils crèvent ! Tous autant qu'ils étaient ! Il planta ses crocs dans son épaule, se délectant de son hurlement de douleur, de ses pleurs et de ses lamentations.

Propre à son espèce, il secoua la tête avec violence pour déchiqueter sa proie, sentant une quantité phénoménale de sang se répandre dans sa gorge. Il s'en abreuva, sentant son échine frémir de plaisir et finalement, il lui arracha le bras et le dévora sans perdre de temps. Il n'avait pas vraiment regardé si l'homme à présent à terre était mort ou vif... Mais il serait en bien piteux état, c'était une certitude. Le monstre espérait secrètement qu'il soit toujours en vie... Ainsi il pourrait jouer plus longtemps avec sa proie, lui faire payer son audace et son comportement de violeur. Mais il avait oublié un détail important.

Un autre hunter était derrière lui. Et ce dernier pourrait l'attaquer dans son dos sans qu'il n'y soit préparé.
 
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

- LITTLE MEMORIES OF THE PAST -




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keldeo Arabian

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 14/12/2014
Age : 21
Localisation : Sur le champ de bataille

Carte d'identité
Age: 20 ans (30158 ans en vrai)
Relation amoureuse: N'y pense pas
Autres:

MessageSujet: Re: La lumière n'est pas de ce monde { Feat. Seth } /!\ mort violente [FINI]   Mer 15 Juil - 10:07






Certains disent que l'enfer, c'est les autres.
D'autres racontent que c'est le silence.
Pour moi, l'enfer c'est le noir.
Sans couleur et lumière.
Comme l'ombre de tes crocs au dessus de moi.





Les lueurs brillaient d'un éclat clair. Dans l'obscurité, elles ressemblaient à deux diamants. Tu hoquetas et tentas de te relever. Le renard était en train de s'agiter. Un cliquetis retentit. Une main te plaqua fermement contre la pierre. La lame s'enfonça un peu dans ta peau et tu sentis un filet de sang couler dans ton cou. Une pensée fila dans ton esprit. Le cliquetis. Le renard était en train de défaire sa ceinture. Tu retins une plainte de justesse. Tu ne devais pas gémir ! Ne pas pleurer ! Ne pas supplier ! Pitié... Tu te surpris même à prier la Déesse. Prier pour que cela se passe vite... Et s'il te tuait après avoir accomplit son méfait ?
Tu fermas les yeux de toutes tes forces. Tu ne voulais pas mourir !

S'il vous plaît. Notre mère à tous, faites que je m'en sorte. J'ai peut-être été fier et arrogant mais, ayez pitié, aidez moi, fis-tu pour toi-même.

Un glissement se fit entendre. Comme une énorme corde qui est tirée. Tu hésitas à prévenir ton agresseur, mais le Renard ne sembla pas s'en préoccuper. Il avait glissé une main sous les plis de ta veste et tentait d'atteindre ta peau blanche.

Tu te mordis les lèvres. Pourquoi fermer les yeux ? Après tout, les égouts sont sombres comme dans un four... Presque avec dépit, tes paupières s'ouvrirent. Ton corps sursauta. Non pas à cause des doigts qui venaient de se poser sur ton ventre. Pas à cause du couteau qui t'entaillait l'épiderme.
Au dessus de vous, les lueurs s'étaient rapprochées. Et elles étaient assez près pour que tu sois sûr d'une chose : l'éclat clair... c'était un éclat d'intelligence.

Un hurlement retentit. Quelque chose que tu as entendu pour la première fois. Un son à t'en glacer le sang. Non, tout le monde aurait été terrorisé à ce... ce bruit. Un vacarme à en faire trembler les murs. Tu fus même sûr d'avoir reçu des gouttes tombées du plafond. Par réflexe, tu t'allongeas au maximum, te faisant le plus petit possible. Le Renard ne fit pas de même. Il n'eut pas le temps. Un objet se referma sur le haut de son corps. Un jet chaud t'éclaboussa. Le poids de ton agresseur s'envola et tu savais que l'objet le tirait vers le haut. Pourtant, le Hunter n'était pas mort. Tu pouvais entendre ses gargouillis remplis de sang. Et parmi ces demi-plaintes de douleur, une phrase pouvait en ressortir. « A l'aide ! » Ses doigts blancs tentaient vainement de desserrer la force qui broyait les os. Mais peut-être n'était-ce que ton imagination... Peut-être que le Renard était mort depuis que le haut de son corps avait été emprisonné... Tu te mis à espérer que oui. Une autre part de ton esprit se réjouissait presque de la mort violente de son collègue.

Un « crac ! » indiqua que le cou du Renard venait de céder. D'autres gouttes tombèrent sur tes habits. Pas du plafond cette fois-ci. Tu tentas de ne pas y penser... Au moins les gargouillis, ou ce qui y ressemblait, avaient cessé.

De nouveaux sons résonnèrent dans les tunnels des égouts. Parfois bruyants, parfois légers. Cela te fit penser à quelqu'un mangeant des biscuits secs. Mais ce n'était pas des biscuits.

Est-ce que la chose t'avait oublié ? Tu te redressas sur les coudes. Les deux lueurs avaient disparu. Soit la chose avait fermé les yeux, soit elle te tournait le dos. Que faire ? S'enfuir ? Non, elle te rattraperait. D'autant plus, qu'elle peut sûrement voir dans le noir. Attaquer ? Oui, ce serait une bonne idée... une idée folle, à double tranchant, mais un putain d'idée.
Tu rassemblas tout ton courage et cherchas le plus silencieusement possible ton épée. Tu saisis sa garde. Sans bruit, tu dégainas. Lentement tu te rapprochas. Les bruits de mastications te guidaient dans ce monde dénué de lumière. Heureusement, la chose devait être accroupie.
Tu levas ta lame. Atteindre la tête ! Vite et fort !

Tu abattis ta rapière dans l'obscurité en tranchant de droite à gauche en un large demi-cercle.

Trop bas...



© Codage By FreeSpirit



- LITTLE MEMORIES OF THE PAST -


Keldeo se bat en#33ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Aligatueur

avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 26/01/2015
Localisation : À l'exterieur des remparts

Carte d'identité
Age: 28 ans
Relation amoureuse: Pas intéressé
Autres:

MessageSujet: Re: La lumière n'est pas de ce monde { Feat. Seth } /!\ mort violente [FINI]   Lun 7 Sep - 16:51

La lumière n'est pas de ce monde

Les bruits de pas derrière l'aligatueur auraient du le mettre en alerte, mais bien trop occupé par son repas, il n'y fit guère attention. L'humain gisant à ses pieds était convulsé par quelques spasmes, le sang se mélangea à l'eau trouble des lieux. L'odeur de la mort attirerait bientôt tout les autres vautours qui vivaient dans les conduits, mais Seth n'avait pas à les craindre. Ici, il était roi. Son espèce était grande, bien plus grande que la plupart des autres monstres existant... Du moins, quand il était debout. Néanmoins, il ne pourrait pas rester, car les hunters finiraient par découvrir sa présence.

Puis, quelque chose arriva, lui rappelant que son repas n'était que le plat principal... Et que son dessert était derrière lui.

La lame acérée du garçon fendit l'air dans un sifflement vif et tranchant. La bête se tourna vers lui, prêt à la riposte. Son sang ne fit qu'un tour dans ses veines, l'adrénaline et la soif de combat le gagnant peu à peu. Il voulait se sentir plus puissant encore ! Devoir affronter un adversaire et le vaincre malgré tout, vaincre cette misérable vermine ! Il voulait le voir le supplier, lui demander pardon ! Le premier coup rata, puis le deuxième, faisant roucouler sa voix de titan dans un ton moqueur mais inhumain. Puis... Le chasseur porta son dernier coup... Et il entailla les écailles du torse de la créature.

Seth poussa un rugissement de colère mais également de douleur. Sa gueule à quelques centimètres de celle du garçon, il hurla, l'odeur putride de sa gueule parvenant jusqu'à lui. Des morceaux de chairs et de sang giclèrent au visage de l'ébène, des restes de son complice qui avait fini à moitié dévoré par l'aligatueur bleu. Il lui tourna le dos rapidement, usant de sa queue pour le percuter en plein dans le torse et le faire tomber par terre. Le prédateur se repéra au bruit qu'il fit en tombant près du cadavre, tournant la tête vers lui. Il se tourna vers lui, lentement. Il abattit sa puissante patte arrière à terre, laissant sa queue glisser dans l'eau des boyaux des égouts. Il reprit une position primitive, à quatre pattes.

Sa main agrippa la jambe de l'hunter et brusquement, il le tira vers lui. Il le fit voler de l'autre côté, pour le faire s'écraser une nouvelle fois par terre... Mais il savait qu'il n'était pas mort. Et cette fois-ci, il fut plus difficile de le repérer, car il avait à présent plus de place pour s'enfuir ou attaquer. Seth inspira profondément pour retrouver sa trace, mais l'odeur qu'il huma fut celle de son propre sang, celui de son torse. Il poussa un rugissement bestial, ses poings venant s'abattre violemment par terre. Le monstre était furieux de cette blessure, il se vengerait ! Il attrapa le corps inerte du défunt complice, et le jeta dans le tunnel à l'aveuglette, dans la direction de l'hunter toujours vivant. Néanmoins, il n'était pas certain qu'il le touche vraiment... Et il ignorait même si l'humain avait encore son arme après de telles chutes.
 
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

- LITTLE MEMORIES OF THE PAST -




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keldeo Arabian

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 14/12/2014
Age : 21
Localisation : Sur le champ de bataille

Carte d'identité
Age: 20 ans (30158 ans en vrai)
Relation amoureuse: N'y pense pas
Autres:

MessageSujet: Re: La lumière n'est pas de ce monde { Feat. Seth } /!\ mort violente [FINI]   Lun 14 Sep - 15:29






Certains disent que l'enfer, c'est les autres.
D'autres racontent que c'est le silence.
Pour moi, l'enfer c'est le noir.
Sans couleur et lumière.
Comme l'ombre de tes crocs au dessus de moi.





Touché ! Au vu du hurlement qu'émit la bête, tu avais fait mouche. Tu reculas rapidement. L'animal avait hurlé toute sa colère et douleur mêlées, à quelques pas de toi. Il aurait pu te croquer le bout du nez. De ta manche, tu essuyas ton visage. Tu préférais pas imaginer ce qui parsemait ta peau pâle. De la bave et des bouts de chair, te criait ton esprit. La gueule ouverte t'avait aspergé de sa haleine putride et de petits bouts du Renard. Tu pinças légèrement le nez.Tu hésitais à rengainer, le Monstre allait peut-être s'enfuir... Mais par réflexe, ton arme ensanglantée se replaça en face de toi.
Il y avait des cas où des êtres gigantesques avaient préféré se replier plutôt que de faire face aux soldats. Cependant, une petite voix te chuchotait qu'il ne fallait pas que tu baisses ta garde. C'était un prédateur. Une chose faite de muscle et de crocs. Tu n'en avais aperçu que les yeux mais cela te suffisait à te faire dresser les poils sur ton échine. Ces orbes glacées, tu t'en souviendras longtemps... Enfin, si tu arrivais à t'en sortir...

Pitié, va t'en..., fis-tu dans ta tête. Va t'en...

C'est alors qu'une pensée te glaça sur place. Et si la bête était sur son terrain de prédilection ? S'il pouvait voir dans le noir ! Ho, tu ne pourrais pas t'échapper. Tu allais finir dans la gueule avant que tu ais le temps de porter un quelconque coup. Non... tu ne voulais pas finir comme ton collègue. Il fallait que tu recules! Que tu fuis ! V-...

Une force te percuta de plein fouet.

Tu en eus le souffle coupé. Tout l'air dans tes poumons fut chassé en un instant. Tu retombas lourdement plus loin. Tu te redressas sur les coudes, respirant avec force. Qu'est-ce qui venait de se passer ? Tu secouas la tête, déboussolé. Puis, tu réalisas. Tes doigts avaient lâchés, sous le choc, ton arme. Paniqué, tes mains cherchèrent frénétiquement l'épée. Le sang battait dans tes tempes avec force. Sans ton arme, tu étais perdu ! La sueur coulait dans cou. Tes mains tâtonnaient autour de toi. Rien ! Il n'y avait rien ! Tes genoux baignaient dans le sang mais tu n'en avais cure. Qu'importe l'odeur terrible. Qu'importe le corps que tu percutais par moment et la douleur dans ton torse.
Soudain, tu sentis la garde argentée. Tu allais la saisir quand une poigne t'attrapa par la cheville. Tu sentais les griffes autour de ta chaussure. Et sans attendre, le Monstre tira.

Un cri de peur jaillit de ta bouche. Tu ne voulais pas mourir !

- Lâche moi ! Lâche moi !, piaillas-tu. Ta voix était monté deux octaves plus aigu.

Tes ongles cherchaient désespérément une prise pour te retenir. Échapper à cette fin qui semblait inéducable. Les larmes coulaient sur tes joues pâles. Tes jambes s'agitaient en tous sens. Brusquement, ton corps s'envola, chutant plus loin. Tu roulas sur la pierre détrempée avant de cogner contre le mur. Tu n'osais pas gémir de douleur. Ton dos criait de douleur et tu te retenais de sangloter. Tu avais survécu … Le Monstre t'avait peut-être oublié... Un hurlement de rage t'indiqua le contraire. Il n'allait pas laisser tomber aussi facilement. Tu te redressas légèrement lorsque quelque chose tomba à tes pieds. L'odeur qui s'en dégageait t'indiqua aussitôt sa nature. Un grognement failli t'échapper. Un éclat clair dans le noir t'en dissuada. L'Aligatueur ne t'avait pas remarqué. Il doit me chercher, ne pus-tu pas t'empêcher de penser. Il me cherche pour me manger.
Tu te décalas sur le côté, te collant au mur. Une brise fraîche caressa tes mèches brunes. Tu écarquillas les yeux. Le vent s'engouffrant dans les conduits arrivaient à arriver jusqu'ici ? Une joie intense enserra ta poitrine. Tu pouvais sortir d'ici ! Mais ton épée... Tu ne pouvais pas la laisser ici... Mais si tu n'en profitais pas maintenant pour t'échapper, la bête allait te trouver.
Il te faudrait une chance inouïe pour t'en sortir entier.

Une idée germa dans ton esprit. Et si, tu la créais toi-même, ta propre chance. Avec le moins de bruit possible, tu tapotas au sol avant de jeter le plus loin possible, l'objet que tu venais de ramasser. Le bras du cadavre rebondit plusieurs fois sur le sol avant de glisser et couler dans l'eau. Silencieusement, la bête sauvage s'écarta. Déglutissant, tu plias les jambes et fonças dans l'obscurité.



© Codage By FreeSpirit



- LITTLE MEMORIES OF THE PAST -


Keldeo se bat en#33ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Aligatueur

avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 26/01/2015
Localisation : À l'exterieur des remparts

Carte d'identité
Age: 28 ans
Relation amoureuse: Pas intéressé
Autres:

MessageSujet: Re: La lumière n'est pas de ce monde { Feat. Seth } /!\ mort violente [FINI]   Lun 21 Sep - 0:11

La lumière n'est pas de ce monde

Il se tut, gardant sa gueule entrouverte pour repérer sa proie. L'adrénaline courait dans ses veines à toute vitesse, accentuant sa soif de sang. Il ne pouvait oublier sa voix, cette magnifique voix apeurée, pleine de sanglots. S'il avait été un barbare, l'aligatueur aurait pu en ressentir une certaine... Excitation. Il n'avait d'ailleurs aucun mal à comprendre ceux qui aimaient s'accoupler après avoir goûté au meurtre. Tout était si bon, si parfait. Le bruit d'un os qui se brisait, les hurlements de peurs, de douleurs... Puis les étranglements d'agonie, ce bruit pittoresque lorsque la victime s'étouffait dans son propre sang. Mais pour l'heure, il n'était pas question de ce plaisir éphémère, mais d'une véritable chasse. Le monstre abattit ses poings à terre, se tenant dans une position de primate. Il inspira profondément, sa gueule vrombissant de colère.

L’œil vif, il jeta plusieurs regards dans toutes les directions, sans voir ni entendre l'homme. Mais il le savait. Il était là. En train de chercher comment le fuir. Il se redressa, gardant néanmoins son dos voûté. Seth fit quelques pas sur le côté, sa large tête se tournant silencieusement dans un sens puis dans l'autre. A chaque pas, l'eau sous ses pattes tremblait et quelques morceaux de boues s'accrochaient à ses écailles. Puis, il entendit du bruit. L'aligatueur se tut immédiatement, tendant la tête et fermant la gueule pour s'empêcher de faire le moindre bruit. Quelque chose sauta, quelque chose de suffisamment lourd pour attirer son attention. Par pur réflexe, il lâcha un hurlement prédateur, se jetant sur la chose qui venait de bouger.

Le colosse arriva en un éclair sur le bras qui saisit entre ses crocs, remuant la tête comme pour l'arracher de son corps. Il ne lui fallu que quelques secondes pour comprendre que ce bras était celui de sa précédente victime et en tendant l'oreille, il entendu d'autres bruits : une course effrénée dans l'eau des égouts. Un nouveau cri, plus puissant encore que les autres s'échappa de sa gorge. Un cri de rage et qui sonnait une fois de plus l'heure de la chasse. Sa voix avait été si forte que tout ceux près de la sortie auraient pu l'entendre mais il n'en avait que faire pour l'heure. Seth se mit à quatre pattes, filant comme le vent dans le boyaux, sur les traces de l'homme. Lorsque enfin il le rattrapa, il pu commencer à distinguer sa silhouette, une fine lumière au bout du tunnel les éclairant.

Alors un nouveau rugissement fit rage, de crainte de voir sa proie s'enfuir. Il fit un bond en avant et projeta ses bras en avant pour lui mettre un coup de griffe dans les jambes et le faire chuter. Malheureusement, lui même s'écrasa par terre et la blessure sur son torse s'écorcha un peu plus sur le sol. Il se tordit de douleur, sentant une pierre s'enfoncer dans sa plaie, secouant la tête pour soutenir la douleur. Mais l'adrénaline l'empêcha de s'abattre. De toute façon, ce ne serait pas une misérable blessure de guerre qui lui ferait peur ! Il ne fuirait pas pour si peu ! L'aligatueur se redressa donc à moitié et avant que son ennemi humain n'ai le temps de fuir, il claqua sa gueule près de son bras. Il rata une première fois mais au deuxième essaie, un doigt fut saisit entre ses crocs. Il tira dessus, le sentant se déboîter avant que la chair et l'os ne s'arrache totalement.

Il avala le membre présent dans sa gueule, l'engloutissant d'une traite. Il se releva, lâchant un rire inhumain et monstrueux, un rire qui ne semblait même pas en être un mais qui faisait vibrer ses cordes vocales. Puis, quelque chose d'incroyable se produisit. Une douce chaleur vint apaiser son ventre affamé. Il était... Rassasié. Seth cessa d'émettre le moindre bruit, son regard tourné vers la lumière, la gueule béante. Seul le bruit de sa respiration près du corps du garçon prouvait qu'il était toujours vivant et conscient. La deuxième étape arriva rapidement. Une incroyable source de puissance. Il secoua la tête pour reprendre ses esprits et frappa de toutes ses forces sur le sol. Il eut l'impression que la galerie toute entière se mit à vibrer mais il n'aurait su dire si c'était vraiment le cas.

Alors une moue maléfique et béate s'afficha sur ses traits. Un monstre ne pouvait sourire semblait-il, mais ses crocs se dévoilèrent pourtant bel et bien dans un sourire cruel et psychopathe. Il se remit à vrombisser, riant de cette source nouvelle, de cette puissance qu'on venait de lui offrir. Il hurla sur sa proie jusqu'à ce que ses tympans eux même se mettent à crier de douleur. Il fit quelques pas, le surplomba plus rapidement qu'il ne l'eut cru. Cet humain sentait si bon... En sentant l'odeur de son sang, il eut envie d'en avoir d'avantage et sa langue poisseuse vint s'abattre sur son corps et son visage, ses larges paumes prenant ses épaules. Il était plein d'amour pour cet inconnu, un amour fou. Il voulait le dévorer, ne faire plus qu'un avec lui...

Et la troisième étape arriva. Ses yeux se voilèrent rapidement de quelque chose de plus sombre et il garda la gueule entrouverte. L'aligatueur avait l'impression de pourrir de l'intérieur et il se recula, des maux de têtes le prenant. Il secoua la tête, papillonna des yeux puis poussa une plainte douloureuse. Il tituba, gratta le sol et lâcha des cris de désespoir à en fendre le cœur. Il souffrait le martyr, comme s'il venait de manger une chose qu'il n'aurait jamais dû mettre dans sa bouche. Il jeta un regard plein de détresse à l'humain, mais une lueur de crainte l'habitant. Il rampa par terre, s'éloignant un maximum de lui sans pouvoir en détourner le regard. Il couina, semblait près à pleurer de douleur mais ses yeux restaient sec. Seth avait l'impression de mourir.
 
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

- LITTLE MEMORIES OF THE PAST -




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Keldeo Arabian

avatar

Messages : 157
Date d'inscription : 14/12/2014
Age : 21
Localisation : Sur le champ de bataille

Carte d'identité
Age: 20 ans (30158 ans en vrai)
Relation amoureuse: N'y pense pas
Autres:

MessageSujet: Re: La lumière n'est pas de ce monde { Feat. Seth } /!\ mort violente [FINI]   Lun 21 Sep - 2:12






Certains disent que l'enfer, c'est les autres.
D'autres racontent que c'est le silence.
Pour moi, l'enfer c'est le noir.
Sans couleur et lumière.
Comme l'ombre de tes crocs au dessus de moi.





Ton plan fonctionnait ! L'animal s'était jeté sur le bras décharné. Tu l'entendais gronder sur cette proie déjà morte. Sans grâce, tu chutas à genoux sur le sol mouillé. Était-ce là que tu étais tombé la première fois ? Dans le noir, tout ce ressemblait. Dans les égouts, tout avait la même odeur. Une puanteur d'eau stagnante et de moisissure. Un filet de sueur coula dans ta nuque, à moins que cela soit de l'eau tombée du plafond. Tu cherchais le plus vite possible. Le monstre n'allait pas tarder à comprendre la supercherie. Et là...

Ton cœur s’accéléra. Les larmes menaçaient de noyer tes yeux bleus. Te serais-tu tromper de direction ? Et si ce n'avait pas été... tu cognas quelque chose à ta droite. Tu saisis l'objet. Ta main droite se plaça aussitôt autour de le garde. Comme un réflexe de plusieurs siècles. Tu te redressas et bondis dans le conduit le plus proche. Derrière, un rugissement fit trembler les murs. La chasse continuait.

Tes jambes allaient aussi vite que possible. Tu avais été paralysé quelques minutes plus tôt en voyant ton coéquipier se faire arracher la vie par deux mâchoires aux dents claires mais maintenant, tu ne réfléchissais plus. Tu n'étais plus qu'une proie qui fuyait son prédateur. Ton pied glissa une ou deux fois sur le sol détrempé mais tu te rappratas adroitement. Je ne veux pas mourir, je veux pas, te répétais-tu pour te donner courage.
Le vent s'engouffrant entre le dédale de pierre, caressait ton visage tel une main qui te guidait vers la sortie. Tu ne suivais que ton instinct. Ton cerveau semblait ne plus être coordonné avec tes jambes. Elles s'agitaient d'elles même inlassablement, tenant ce rythme effréné, te rapprochant peu à peu de la lumière.
Et derrière toi, tu sentais... tu sentais cette énorme masse de muscles et de chair qui se rapprochait seconde après seconde.

Ton esprit te criait d’accélérer. Ton corps pour la première fois, depuis les deux ans que tu as passé dans cette ville, fatigua. Il ne pouvait aller plus vite. Tes poumons s’essoufflaient. Soufflerie qui a trouvé sa limite et dont les flammes se tassent. Keldeo, le brillant soldat avait trouvé celui qui le poussait dans ses derniers retranchements ? Cette personne qui avait fissuré ce masque dur et arrogant ?

Tu tournais sans savoir si tu allais vers la sortie ou tu t'enfonçais dans les profondeurs de ces boyaux infernaux.
Seul le vent te murmurait de le suivre. Alors, malgré les grognements derrière toi et l'obscurité, tu voulais encore croire.

Puis, il y eut la lumière.

Un point seulement au loin mais un sourire se fit sur ton visage. Avais-tu réussi ? Peu à peu, le point se changea en rayon et le rayon en soleil lointain. Encore... Encore...
Tu tendis ta main gauche, ... et une chose pleine d'écailles te tomba dessus. Tu pouvais les sentir cette fois. Ces multitudes de pointes qui ondulaient sur la peau froide.

Tu jetas un regard désespéré vers la sortie. Si prêt !
A l'aide ! A l'aide !, voulais-tu crier. Ta voix resta muette. Ton bras armé se leva, tentant de repousser le torse de cette chose qui menaçait de t'écraser. La lame ne pouvait pas percer la cuirasse et tes forces faiblissaient. Pourtant, tu ne pouvais pas te laisser abattre. Tu serrais les dents. Tout ton corps tremblait sous la pression. L'animal se soutenait et tu sentais que s'il décidait vraiment de laisser tomber de tout son poids, tu n'aurais rien pu faire. Les yeux brillants te fixaient, s'agitaient. Deux mâchoires claquèrent dans le vide. Une fois.
Il y eut une deuxième fois.

Tu hurlas de douleur. Un long cri rempli de douleur et de peur. Ton doigt était écrasé entre cette pince de fer. La douleur te fit voir mille étoiles. Lorsque l'animal déchira ta peau, tes tendons et ton os, tu perdis connaissance. Un évanouissement qui ne dura que quelques secondes. Ce fut une chose mouillée et chaude qui te réveilla. Une immense chose qui s'étalait sur ton visage et caressait ton corps. Un petit gémissement suivit d'un hoquet t'échappa. Tes yeux roulèrent dans leurs orbites. Tu devinais un museau bleu qui apparaissait dans la lumière. Ton souffle se fit saccadé. Une langue... c'était une énorme langue qui te léchait !

- Stop ! Qu'est-ce que tu fais !, criais-tu scandalisé.

Un peu de salive rentra dans ta bouche alors que tu t’époumonais d'horreur. Tu toussas pour essayer de cracher ce liquide collant. Il me lèche pour me manger ensuite, réalisas-tu.
Ton corps s'agitait mais des griffes serraient fortement tes épaules.

Tu allais mourir...

Les larmes se mélangeaient à la salive. Ho, Déesse, faites que je perde conscience lorsqu'il me dévorera. Je ne veux pas souffrir. Pitié !, priais-tu intérieurement.

Et l'impensable se fit. La bête te lâcha subitement. Elle recula et dans la pénombre, tu crus reconnaître une plainte de douleur. Tu mis quelques instants à comprendre que c'était ta chance de t'enfuir. Tes yeux étaient rivés sur cette queue disparaissant et ses deux ronds lumineux, papillonnants, qui t'avaient tellement effrayés.

Ton cœur semblait figé. La douleur te réveilla de ta transe. Tu te redressas et sans un regard en arrière, galopas vers la sortie. C'était la première fois que le soleil était si chaud et rassurant. Que la lumière t'avait à ce point manqué.
Malgré l'éblouissement immaculé, tu ne ralentis pas. Tu étais trop heureux... Libre.



© Codage By FreeSpirit



- LITTLE MEMORIES OF THE PAST -


Keldeo se bat en#33ccff
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Seth Aligatueur

avatar

Messages : 88
Date d'inscription : 26/01/2015
Localisation : À l'exterieur des remparts

Carte d'identité
Age: 28 ans
Relation amoureuse: Pas intéressé
Autres:

MessageSujet: Re: La lumière n'est pas de ce monde { Feat. Seth } /!\ mort violente [FINI]   Lun 21 Sep - 3:37

La lumière n'est pas de ce monde

Seth resta recroquevillé sur lui, ses deux prunelles d'ébènes fixant le démon. Il savait qu'il n'était pas normal il savait qu'il était une chose, une créature à l'apparence humaine mais au sang maudit, à la chair du diable. Il ne le considérait pas non plus comme l'un de ses semblable car jusqu'à présent, jamais l'aligatueur n'avait découvert une espèce aussi destructrice. Il se demanda s'il allait mourir et si sa torture serait longue. Lorsque la chose se leva, il poussa une plainte lamentable, une plainte pleine de pitié, quémandant qu'on l'épargne. Il le regarda quitter l'égout, fuir vers la lumière... Vers cette lumière qui semblait également appeler le monstre, qui le narguait, comme s'il s'agissait de la dernière fois qu'il l'a verrait. Ses griffes rappèrent contre la pierre sous lui, son corps fut parcourut de soubresauts et sa voix se brisa en morceaux.

Son thorax se soulevait à intervalle régulier tandis que les bruits de sa régurgitation se faisaient entendre. La bile lui monta à la gorge et enfin, il répandit les morceaux de l'homme dévoré sur le sol. Mais il ne s'arrêta pas là. Il recommença à vomir une fois, puis deux fois, puis trois fois. Alors qu'il pensait ne plus rien avoir dans le gosier, il continuait de vomir jusqu'à ce que ce ne soit plus que des filets de salives qui se mélangent à la bouillit malodorante. Il avait la gorge en feu et son ventre continuait de se tordre de douleur, comme si ce doigt ingurgité était enfoncé dans son estomac et refusait de sortir.

Bientôt, l'aligatueur n'était plus. Du monstre, il passa à l'apparence d'un beau jeune homme aux cheveux de jais et aux yeux de charbon. Le teint pâle, la musculature saillante mais pas trop... Le corps dénudé et pourtant parcourut de quelques écailles bleuté. Ses yeux étaient plein de larmes et à présent, il pouvait pleurer et se tordre de douleur. Il pouvait crier de toutes ses forces que ça ne le dérangerait pas, car sa voix était si faible sous cette forme, si humaine. Ses membres tremblaient et ses jambes et ses bras pataugeaient dans l'eau trouble et moisi. Il hoqueta une première fois, puis une deuxième avant de se tordre de nouveau dans une plainte pathétique, crachant ce qui lui sembla être du sang.

Lorsque enfin cette crise s'estompa, le jeune homme se traîna à l'extérieur du boyau. Il ferma les yeux à cause de cette lumière trop vive mais l'air pur et frais gonfla ses poumons de satisfaction. Il se sentait faible, effondré... Seth était persuadé jusque là qu'il allait en mourir, que ce jour était le dernier... Et la vie était si bonne, il était si heureux de pouvoir en jouir pleinement, de se sentir vivant. Pourtant... Quelque chose était brisée, quelque chose était cassée. Sa faim était de nouveau présente, plus alarmante que jamais. L'homme aurait pu manger une dizaine d'hommes qu'il n'aurait pu être rassasié, seule l'idée de dévorer le fuyard parvenait à calmer ses gargouillements. Et il entendait ce mot ce répéter dans son esprit, inlassablement... Cette envie qui commençait à le ronger.

Encore.
 
° CODAGE PAR DITA | EPICODE °

- LITTLE MEMORIES OF THE PAST -




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La lumière n'est pas de ce monde { Feat. Seth } /!\ mort violente [FINI]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La lumière n'est pas de ce monde { Feat. Seth } /!\ mort violente [FINI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le Labyrinthe de Pan
» Elle était comme un point fixe dans ce monde étourdissant. | Eric [fini.]
» Veux-tu courir avec moi? (PV Lakini)
» À la découverte du monde humain [Sheela,Shiki] - FINI
» Le monde du jeu 2010, 10-11-12 septembre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ygrahis  :: Dehors :: Bidonville :: Egoûts-